L’OM vainqueur sur tapis vert, l’OL risque gros !

L’OM vainqueur sur tapis vert, l’OL risque gros !

Icon Sport

Sans surprise, la commission de discipline de la LFP a placé le dossier des incidents pendant OL-OM en instruction. Les sanctions définitives à l'encontre de Lyon tomberont le 8 décembre.

Dès lundi matin, la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel s’est réunie en urgence afin d’évoquer les incidents survenus pendant OL-OM et notamment l’agression dont Dimitri Payet a été victime. Le capitaine de l’Olympique de Marseille, qui a reçu une bouteille en pleine tête dès la troisième minute de jeu, est encore sous le choc et n’a toujours pas repris l’entraînement avec son club alors qu’il sera suspendu pour le déplacement à Galatasaray en Europa League ce jeudi. Du côté de la LFP, un huis clos à titre conservatoire a été prononcé à l’encontre du Groupama Stadium en attendant les sanctions définitives le 8 décembre. Et selon L’Equipe, l’OL risque (très) gros. Le quotidien national rappelle que deux hypothèses se dégagent, basées sur des précédents, et non pas des jurisprudences, différents. La première est celle de Metz-Lyon le 3 décembre 2016.

Il y a cinq ans, Anthony Lopes avait reçu un pétard et le match avait été définitivement arrêté à la 31e minute de jeu. A l’époque, la commission de discipline de la LFP avait infligé deux points de pénalité à Metz et le match avait été donné à rejouer à huis clos. Une sanction similaire a été prononcée cette saison après les incidents du match Nice-OM puisque le club azuréen a été pénalisé de deux points dont un avec sursis mais le match avait été donné à rejouer à huis clos et sur terrain neutre à savoir à Troyes. L’Equipe rappelle en revanche qu’une seconde jurisprudence existe et elle est de nature à inquiéter les dirigeants de l’OL. Le 16 avril 2017, avant le coup d’envoi d’un Bastia-OL, des supporters corses étaient descendus sur la pelouse et s’en étaient pris aux joueurs de l’Olympique Lyonnais. D’autres incidents avaient ensuite émaillé la rencontre. Sans pitié, la commission de discipline de la LFP avait alors donné match perdu à Bastia et donc une victoire de l’OL sur tapis vert, même si les faits ne sont pas comparables avec ceux de dimanche soir. Les Gones risquent-ils une sanction similaire après l’Olympico qui a tourné au vinaigre dès la 3e minute de jeu ? « Une certitude dans cette affaire : l'OL risque gros. D'autant que l'incident a eu lieu en tout début de match sans qu'il n'y ait eu de soucis sur le terrain entre les deux équipes ni de provocations marseillaises » glisse simplement le journal, pour qui la LFP pourrait décider de se montrer exemplaire dans ses sanctions devant l'ampleur des évènements.