Racisme : « Je suis Mike, debout, noir et fier »

Racisme : « Je suis Mike, debout, noir et fier »

Victime d’insultes racistes avant le match de son équipe du Milan AC à la Juventus, Mike Maignan a pris la parole 24 heures après ces tristes évènements.

Le nouveau gardien du club lombard a fait comprendre qu’il fallait une prise de conscience générale sur ce sujet, et que les instances ne tapaient pas assez fort quand de tels cas étaient avérés. Dans un message en italien, en anglais et en français, l’ancien gardien de Lille a donné sa version des choses, refusant d’être mis dans le camp des victimes et bien décidé à pousser pour faire évoluer les mentalités à tous les niveaux. 

« Dimanche soir, à l’Allianz Stadium, des supporters de la Juventus m’ont ciblé avec des insultes et des cris racistes. Qu’est ce que vous voulez que je dise ? Que le racisme c’est mal et que ces supporters sont bêtes ? Il ne s’agit pas de ça. Je ne suis ni le premier, ni le dernier joueur à qui cela arrivera. Tant qu’on traitera ces évènements comme des « incidents isolés » et que l’on n’aura pas une action globale, l’histoire est amenée à se répéter, encore et encore et encore. Qu’est ce qu’on fait pour combattre le racisme dans les stades de football ? Est-ce qu’on croit vraiment que c’est efficace ? Je suis dans un club qui s’efforce de montrer la voie en s’opposant à toutes les formes de discrimination. Mais nous avons besoin d’être plus nombreux et d’être tous unis dans cette bataille pour la société qui dépasse le cadre du football.

Dans les instances, les personnes qui décident savent-elles ce que ça fait d’entendre des insultes et des cris nous reléguer au rang d’animal ? Savent-elles ce que ça fait pour nos familles, pour nos proches qui voient ça et qui ne comprennent pas que cela puisse encore se passer en 2021 ? Je ne suis pas une « victime » du racisme. Je suis Mike, debout, noir et fier. Tant qu’on pourra donner de la voix pour changer les choses, on le fera », a promis le gardien international français, dans un message largement relayée sur les réseaux sociaux, même si les instances italiennes n’ont pour le moment pas bougé. De son côté, la Juventus a fait savoir qu’elle étudiait toutes les caméras de vidéo dans le stade pour essayer d’identifier l’auteur de ces propos.