OL : Peter Bosz n'est pas dieu, Duluc ose le chatouiller

OL : Peter Bosz n'est pas dieu, Duluc ose le chatouiller

Icon Sport

Dimanche soir, Lyon a pris l’eau de tous les côtés face à l’attaque survoltée du Stade Rennais en clôture de la 13e journée de Ligue 1.

Complètement débordés, les défenseurs de l’OL ont été impuissants pendant 90 minutes face aux assauts de Laborde, Majer, Bourigeaud et compagnie. Avec 21 buts encaissés depuis le début de la saison, l’Olympique Lyonnais est l’une des pires défenses de Ligue 1, un chiffre anormal pour un prétendant au podium. Dans son édito du jour publié dans le journal L’Equipe, Vincent Duluc a tenté de trouver des explications aux problèmes défensifs de l’OL. Et le journaliste a mis une petite cartouche à Peter Bosz, un entraîneur populaire mais qui a bien des difficultés pour rendre son équipe plus imperméable défensivement…

« Après le tiers du championnat, Peter Bosz en est à 19 points en treize journées (1,46 de moyenne), ce qui est assez peu, mais moins embêtant, vu les positions rapprochées, que sa difficulté récurrente à organiser la force défensive de son équipe. L'OL est l'équipe qui défend le moins bien collectivement de toute la Ligue 1, vu le rapport entre sa porosité et la qualité de son personnel, et celle qui concède le plus de tirs cadrés » lance Vincent Duluc dans les colonnes du quotidien national avant de poursuivre au sujet de Peter Bosz et de la défense de l’Olympique Lyonnais. « Jeudi, Peter Bosz a qualifié l'OL pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa. Dimanche, sa défense a sombré, et les 21 buts concédés en treize journées représentent le pire total pour le club lyonnais depuis la saison de sa descente, en 1982-83. Ce n'est décidément pas un boulot facile, même pour un entraîneur populaire ». Un tacle à peine déguisé à l’égard de l’entraîneur néerlandais, qui devra vite trouver un moyen de solidifier sa défense s’il veut s’échapper les critiques des journalistes et des chroniqueurs dans les prochaines semaines.