OL : Lovren se fait encore détruire dans L'Equipe

OL : Lovren se fait encore détruire dans L'Equipe

Icon Sport

Les explications de Dejan Lovren sur la polémique engendrée par son attitude après le Mondial 2022 avec la Croatie ont du mal à convaincre, et notamment au sein de la rédaction de L'Equipe.

Un an et demi après avoir recruté Jérôme Boateng, Juninho ayant récemment reconnu qu’il ne l’aurait pas fait s’il avait connu les soucis juridiques du défenseur allemand avec son ancienne compagne, l’Olympique Lyonnais a fait signer Dejan Lovren, qui a lui des soucis d’un autre genre. En effet, le renfort croate a « fêté » le beau parcours de sa sélection au Qatar lors d’une soirée où il a été vu en train de chanter un « tube » d’un artiste croate, auteur dont les positions sont extrêmes, tout en faisant un geste s’inspirant du salut fasciste. Face à la polémique qui enflait, Laurent Blanc a tapé en touche, tandis que Dejan Lovren a lui contesté la nature de son chant et de son geste. Mais les explications ont du mal à passer, et notamment au sein de la rédaction de L’Equipe. Ce lundi, le défenseur international croate de l’OL prend encore cher.

Lovren n'a aucune excuse à son attitude

Dans une tribune, Chrystelle Bonnet estime que les explications de Dejan Lovren ne tiennent pas debout et que l’OL s’est clairement planté en le faisant signer. « « Vous ne connaissez que des personnes respectables dans vos entourages ?», a même demandé le coach de l’OL. Alors, personnellement, non, on a même de sacrées têtes de quenouille auxquelles on mettrait bien du piment dans le slip, mais on est quasi sûr qu'ils ne jouent pas à Heil Hitler quand ils sont contents. Rémy Vercoutre, coach des gardiens de l'OL, a, lui, avancé «une ambiance de groupe typiquement masculine avec parfois des chansons paillardes qui se mélangent avec d'autres. Dans l'exaltation, on ne sait pas toujours ce qu'on raconte ... Si en plus on a bu deux ou trois bières( ... ) On est jamais très intelligent dans ce genre de situation». Alors, pour la dernière partie, on est plutôt d'accord. On rappelle juste que Marke Perkovic a des textes qui célèbrent les crimes des oustachis. Même en tenant très mal la Kro, ça nous paraît un peu loin de la Rirette », fait remarquer la journaliste du quotidien sportif, histoire de rappeler qu’aucune excuse ne peut justifier une telle attitude.