OL : Garder Emerson, ça se complique déjà

OL : Garder Emerson, ça se complique déjà

Icon Sport

L’Olympique Lyonnais dispose d’une option d’achat prioritaire pour Emerson, prêté par Chelsea jusqu’à la fin de saison. Pourtant, la Lazio espère quand même attirer le latéral gauche dès le mercato hivernal.

Juninho réalisait un beau coup l’été dernier, au cours de la deuxième quinzaine du mois d’août, en attirant un champion d’Europe, Emerson Palmieri. L’Olympique Lyonnais avait besoin d’un latéral gauche, et pour le moment, l’international italien répond plutôt positivement aux attentes. Il compte 17 apparitions toutes compétitions confondues, dont 14 en Ligue 1 avec au compteur un but et une passe décisive. La question est de savoir si l’OL va pouvoir l’acheter l’été prochain. Lyon dispose d’une option d’achat prioritaire à l’issue de ce prêt payant (500 000 euros plus éventuellement 500 000 euros de bonus). Il y a quelques jours, Emerson a regretté le départ de Juninho mais a ouvert grand la porte à une signature définitive à l’OL. « J’ai été bien reçu dès mon arrivée à Lyon. Je suis un homme heureux ici, tout comme ma famille. Si je devais décider, je n’aurais pas de problème à rester à Lyon. Mais cela ne dépend pas que de moi, cela dépend aussi des deux clubs », a assuré le joueur appartenant à Chelsea.

La Lazio veut Emerson dès cet hiver !

Méfiance tout de même pour l’OL car selon les informations de La Repubblica, la Lazio s’intéresse énormément à Emerson. Les Biancocelesti recherchent un latéral gauche en vue du prochain mercato hivernal. Et Maurizio Sarri leur a donné une idée qui va provoquer des sueurs froides aux Lyonnais : Emerson Palmieri. La Lazio a conscience qu’il sera très difficile de briser l’accord entre Chelsea et l’OL portant sur un prêt jusqu’à juin 2022. Mais l’idée est de convaincre Emerson afin qu’il fasse pression. Maurizio Sarri veut exposer ses arguments à l’ancien latéral gauche de la Roma. Il connaît très bien le joueur car il l’a eu sous ses ordres à Chelsea. L’OL peut donc s’attendre au pire, si le joueur venait à faire le forcing pour partir, surtout que l'Italo-Brésilien garde un bon souvenir de son passage en Italie, mais c'était du côté de la Roma.