Le naming du stade de l’OL repoussé à 2017 ?

Le naming du stade de l’OL repoussé à 2017 ?

Photo Populous

Nice. Un seul club français a pour le moment réussi à vendre le nom de son stade à une société pour une contrepartie financière non négligeable. Pratique courante en Allemagne ou en Angleterre, sans parler des Etats-Unis où c’est presque automatique, le naming ne marche pas en France. Bordeaux, Lille ou Marseille s’y sont cassés les dents. Lyon, avec son futur stade, a toujours fait savoir que le naming serait de rigueur, mais malgré les pistes, aucun accord n’a été trouvé et Jean-Michel Aulas parle pour la première fois de repousser une éventuelle signature à 2017. Signe que l’énorme contrat espéré n’est pas encore dans les cartons, même si le président lyonnais se veut, comme à son habitude, particulièrement optimiste. 

« On souhaite un naming cohérent avec ceux des plus grands stades européens de l’ordre de 100 ME sur 10 à 15 ans. Ce ne sera ni un naming de PPP, ni un naming d’un stade déjà existant. C’est le naming d’un stade proche des deux aéroports de Lyon, également relié aux deux gares par tramway, et situé en bordure de la Rocade Est (100 000 véhicules / jour). Donc en termes de visibilité, c’est unique. Celui qui aura le naming pourrait également avoir le sponsoring maillot. Cet annonceur discutera avec un seul interlocuteur, propriétaire du stade et de l’équipe.  S’il faut attendre 2017, ce sera possible Notre naming est unique et ambitieux. J’espère que le naming sera effectif au 01/01/2016, mais s’il faut attendre 2017, ce sera possible, nous n’avons pas d’urgence. Dans l’équation, il faut que le naming soit là au moment où nous allons re-financer le stade. Avoir son nom associé au plus beau et au plus connecté des stades européens n’est pas anodin », a souligné à Newstank un Jean-Michel Aulas désireux de frapper un grand coup avec ce type de partenariat.