Jeunechamp : « J’aurais du mettre une gifle comme Sakho »

Jeunechamp : « J’aurais du mettre une gifle comme Sakho »

Photo Icon Sport

Suspendu un an de toutes compétitions pour avoir frappé un journaliste tout en provoquant un arrêt de travail de ce dernier, Cyril Jeunechamp va faire appel de cette décision devant le CNOSF. Un appel d’autant plus motivé que le défenseur de Montpellier estime avoir écopé d’une sanction bien trop importante, surtout en comparaison avec un fait qui a concerné Mamadou Sakho en 2010. Le défenseur parisien avait copieusement insulté et giflé un journaliste à propos d’un article qui ne lui avait pas plu, s’en tirant avec des excuses et une suspension d’un match par son club. Un fossé trop important au goût de Cyril Jeunechamp.

« Je pensais qu’on allait peut-être me mettre un ou deux mois, mais que je pourrais quand même finir ma carrière. Là, ils me privent de travail, de tout. Je me pose des questions. Ce n’était pas un dirigeant, un arbitre ou un entraîneur. Si je m’étais attrapé avec un chauffeur de bus, j’en serais là ? Est-ce qu’on a voulu faire un exemple ? Du nettoyage ? Je n’arrive pas à comprendre. J’aurais dû faire comme Sakho, mettre une gifle. Il avait pris un match et un euro symbolique pour des faits similaires aux miens. Sauf qu’il y avait plein de journalistes et moi un seulement, un témoin », a dénoncé, sur Infosport +, le défenseur du club champion de France, qui aimerait voir sa suspension être réduite afin de terminer la saison, probablement la dernière de sa carrière, avec Montpellier.