Esp : La décision choc de Griezmann, l'Atlético s'explique

Esp : La décision choc de Griezmann, l'Atlético s'explique

Icon Sport

Au bout du temps additionnel de son match contre le Bayer Leverkusen (2-2), l’Atlético de Madrid a eu une formidable balle de match sur penalty.

Après consultation de l’assistance vidéo à l’arbitrage, Clément Turpin a sifflé un penalty pour l’Atlético de Madrid à la 98e minute du match contre le Bayer Leverkusen, après avoir sifflé la fin du match. Il y avait bel et bien une main d’un défenseur allemand dans la surface de l’Atlético et Clément Turpin a donc désigné le point de penalty. Habituel tireur des Colchoneros, Antoine Griezmann a laissé la responsabilité de ce penalty à Yannick Ferreira-Carrasco, ce qui a surpris tout le monde à Madrid. Malheureusement pour le Belge, sa frappe a été détournée par Hradecky. Un échec synonyme d’élimination dès la phase de groupes de la Ligue des Champions pour l’Atlético de Madrid. Après ce match nul et ce choix surprenant de ne pas faire tirer Antoine Griezmann, l’entraîneur madrilène Diego Simeone a justifié cette décision.

L'explication lunaire de Simeone sur Griezmann 

« Antoine Griezmann était fatigué. Yannick était plus frais, le match qu’il avait fait l’invitait à prendre ses responsabilités. Il avait cette confiance et pour moi, c’est quelque chose à mettre en valeur. Carrasco a pris la décision de tirer le penalty, comme contre l’Espanyol, dans une situation similaire. Il avait marqué à la dernière minute, dans un moment difficile, un match qu’il fallait gagner. Il avait aussi marqué contre le Real, c’est un des joueurs qui a la charge de les tirer. C’est un moment difficile, dur. On ne s’y attendait pas. Ça n’entre pas dans le cadre du projet du club (…). Ce n’est pas ce qu’on voulait, mais c’est la réalité. Nous méritons mieux sur les matchs que nous avons joués » a livré Diego Simeone, dont les explications au sujet d’Antoine Griezmann risquent toutefois d’alimenter les crispations à l’Atlético de Madrid. Espérons pour la France que « Grizou » ne sera pas trop fatigué cet hiver pendant la Coupe du monde au moment de tirer les penaltys décisifs comme il y a quatre ans en Russie. Si jamais le Français venait à en avoir la responsabilité, car il reste sur plusieurs échecs, et notamment récemment contre Bruges en Ligue des Champions.