TFC : Dupraz et « son pull à deux balles » c’est mieux que le Dalaï-Lama

TFC : Dupraz et « son pull à deux balles » c’est mieux que le Dalaï-Lama

Photo Icon Sport

C’est avec la possibilité de prendre la première place du classement de Ligue 1 que Toulouse recevra le PSG, ce vendredi pour le lancement de la 7e journée. Une situation qui paraît insensée, tant le TFC avait déjà un pied et demi en Ligue 2 quand Pascal Dupraz est venu à son chevet en mars dernier. Mais depuis, les Violets enchainent les performances et le maintien arraché à la dernière journée du dernier exercice n’a calmé personne sur les bords de la Garonne. Une véritable bouffée d’oxygène pour la Ligue 1 selon Pascal Praud, qui savoure l’art de la rhétorique mais aussi la manière dont Pascal Dupraz motive ses joueurs, avec toujours beaucoup d’envie et un degré d’exigence élevé.

« S’il fallait une preuve qu’un entraineur n’est pas là que pour appliquer les directives de son président, qu’il est au contraire la clef de voûte d’un club de football, la réussite de Pascal Dupraz atteste qu’un coach est l’âme d’une équipe. Voici Toulouse (proche du) podium du championnat alors que le TFC devrait jouer en Ligue 2 si le Docteur Dupraz, que dis-je, le magicien, l’enchanteur, le sorcier, n’avait pas débarqué dans la ville rose avec son pull à deux balles, son parler-vrai et ses idées simples. Et figurez-vous que ça marche ! Oui, aimer les joueurs, leur faire confiance, remonter les mécaniques, ça marche !

Pascal Dupraz est un affectif. Il parle aux tripes. Si vous n’allez pas bien, je vous conseille d’enregistrer sur votre smartphone son brief d’avant match quand le club a sauvé sa peau en mai dernier à Angers. Les jours de grand vent, quand ça tangue au bureau, que ça dépote à la maison, écoutez Dupraz. C’est mieux que le Dalaï-lama. Il vous remet le cerveau à l’endroit. Et avec ça, pas de chichis. Pas de pommade. Pas de psychanalyste à divan. Dupraz est un médicament. A prescrire et à consommer via Youtube. Frissons garantis et aucun risque de creuser le déficit de la Sécurité sociale », a prescrit le journaliste sur son blog chez Yahoo.

 

Share