Di Meco voit le PSG en « dindon de l’Europe »

Di Meco voit le PSG en « dindon de l’Europe »

Photo Icon Sport

Parti très fort sur le marché des transferts avec la signature de David Luiz avant même le début de la Coupe du monde, le PSG a ensuite totalement stoppé son marché des transferts. Seul le latéral droit Serge Aurier a été péniblement prêté avec option d’achat par Toulouse. Angel Di Maria est clairement passé sous le nez d’une équipe parisienne qui n’a connu que des départs de joueurs en fin de contrat, en dehors de Jallet, bradé vers Lyon. Le premier mercato à l’économie de l’ère qatarie du PSG, et ce n’est pas pour déplaire à Eric Di Meco, qui apprécie de voir Paris rester sagement dans le rang et respecter les impératifs de l’UEFA, même si l’ancien joueur de l’OM estime que les dirigeants franciliens ont mal joué le coup cet été. 

« Lorsque l’on faisait les débats l’année dernière, je pensais qu’il fallait s’en foutre du fair-play financier car ça pouvait se défendre. Quand le PSG a recruté David Luiz rapidement, tout le monde pensait qu’ils allaient péter la tirelire. Et à l’arrivée, on se rend compte que les gros clubs, comme Paris avec le Qatar derrière, respectent la règle. Mais le fait que le gendarme financier fasse peur, je trouve cela bien. Ce que je ne comprends pas dans la stratégie du PSG, c’est d’avoir dépensé 50 millions d’euros ou un peu moins sur quelqu’un comme David Luiz, alors qu’Alex était très performant, et de ne pas prendre un joueur devant. Les Parisiens se sont rendus compte qu’ils étaient les dindons du marché européen. Ils ont grassement payé Pastore, Thiago Silva, Cavani et David Luiz. Par contre, quand le PSG veut vendre, on ne lui achète pas cher et on lui demande 80 millions d’euros pour Angel Di Maria. Les grands clubs, eux, génèrent énormément d’argent. Ils ont de la dette mais il y a aussi beaucoup d’argent qui rentre tous les ans », a souligné le consultant de RMC, qui estime que le PSG ne fait pas encore partie des grands d’Europe sur le plan économique, et qu’il en paye le prix fort à tous les niveaux.