L1 : Labrune n'est plus un guignol, même Aulas s’incline

L1 : Labrune n'est plus un guignol, même Aulas s’incline

Icon Sport

Elu président de la Ligue de Football Professionnel le 10 septembre, Vincent Labrune connaît un début de mandat mouvementé.

L’ancien patron de l’Olympique de Marseille savait à quoi il s’engageait au moment de prendre les commandes de la LFP en pleine crise des droits télévisuels. Le fiasco de Mediapro a plongé le football français dans le chaos, mais Vincent Labrune a finalement trouvé un accord avec Canal + pour la diffusion de la fin de saison de Ligue 1 et de Ligue 2. Au total, le football français va récupérer près de 650 ME de droits télévisuels pour l’exercice 2020-2021, un moindre mal au vu du contexte et de la défaillance lunaire de Mediapro. Globalement, les dirigeants de clubs s’accordent pour dire que Vincent Labrune a géré la crise de main de maître.

« Les violons s’accordent sur l’immense capacité de travail du dirigeant, présent sur tous les dossiers chauds, fidèle à son tempérament fonceur et un brin irascible déjà entrevu à Marseille, où il a fini détesté par les supporters » indique le Journal de Saône-et-Loire. Même son pire ennemi de l’époque, un certain Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais), ne peut que tirer son chapeau à Vincent Labrune. « Et un certain sens de l’improvisation comme en 2016, un soir de manifestation houleuse au stade Vélodrome où, pour dédramatiser le fait d’être retranché avec plusieurs personnes dans la loge présidentielle, Labrune avait organisé une partie de billard. Même Jean-Michel Aulas, le président lyonnais qui l’avait traité de "guignol" lors d’un houleux OM-OL, semble convaincu par sa connaissance du monde audiovisuel » peut-on lire dans les colonnes du média. C’est dire si Vincent Labrune a réussi à convaincre tout le monde en seulement cinq mois à la tête de la Ligue de Football Professionnel…