Procès de la sextape : Prison avec sursis requise contre Benzema

Procès de la sextape : Prison avec sursis requise contre Benzema

Impliqué dans l’affaire de chantage à la sextape de Mathieu Valbuena, Karim Benzema devrait très rapidement connaitre la décision de la justice à son sujet.

En effet, le jugement pourrait ne pas être mis en délibéré, et être rendu dès ce vendredi, à la fin du procès. Les témoignages se sont multipliés ces derniers jours, et le président du Tribunal a essayé de faire la lumière sur cette sombre histoire, malgré des récits pas toujours concordants des différentes personnes impliquées. Seule la personne à l’origine de la récupération de la vidéo, a reconnu les faits jusqu’à présent. Si Mathieu Valbuena a du quitter le procès pour s’envoler vers Francfort afin de suivre son équipe en Coupe d’Europe, les plaidoiries se sont poursuivies ce jeudi. L’avocat de Mathieu Valbuena n’a pas hésité à charger les différents accusés, dont Karim Benzema. 

Prison avec sursis et amende requis contre Benzema

« Quand c'est Karim Benzema, votre co-équipier de l'équipe de France, qui vous dit 'j'ai une solution', c'est mafieux comme discours. On se croirait dans une mauvaise série sicilienne. C’est une situation de racket », a déploré l’avocat du joueur actuellement à l’Olympiakos. Les écoutes téléphoniques, et notamment les moqueries et les menaces à l’encontre de Valbuena, ont été décisives, même si ce sont surtout les accusés directement impliqués qui risquent gros. De son côté, Karim Benzema « faisait partie d’une stratégie et il en avait conscience », a annoncé Ségolène Marès, la substitut du procureur. Le parquet a donc préconisé les sanctions suivantes : 4 ans de prison et 15.000 euros d’amende à Mustapha Zouaoui, considéré comme le cerveau de cette affaire. 18 mois de prison ferme à Axel Angot, qui a sorti la vidéo en premier, deux ans de prison contre Karim Zenati, et 10 mois de prison avec sursis et 75.000 euros d’amende pour Karim Benzema, qui a utilisé sa notoriété pour influencer Mathieu Valbuena dans le cadre du centre technique de Clairefontaine.