CFC : L'audience s'écroule, l’effet Pierre Ménès ?

CFC : L'audience s'écroule, l’effet Pierre Ménès ?

Icon Sport

Depuis deux semaines, Pierre Ménès est au cœur des polémiques au point d’avoir été provisoirement écarté de l’antenne par Canal +.

Le consultant vedette de la chaîne cryptée a été critiqué pour son comportement sexiste à l'égard de Marie Portolano, Isabelle Moreau et de Francesca Antoniotti. Également poursuivi en justice par son ancien assistant Emmanuel Trumer pour discrimination, Pierre Ménès est de plus accusé de remarques racistes par la comédienne Alice Belaïdi. Logiquement très affecté par la situation, le bras droit d’Hervé Mathoux a fait savoir à la direction des sports de Canal + qu’il ne se sentait pas d’attaque pour participer au Canal Football Club de dimanche, avant le match OM-Dijon, ce à quoi la direction lui a de toute façon fait savoir qu’il n’était plus le bienvenu tout du moins provisoirement. En attendant de savoir si Pierre Ménès effectuera son retour à l’antenne d’ici la fin de la saison, les audiences du CFC ont plongé ce week-end.

En effet, l’émission présentée par Hervé Mathoux n’a rassemblé que 756 000 spectateurs de moyenne, pour une part d’audience de 3,1%. C’est tout simplement l’une des pires audiences de la saison pour l’émission de Canal +. A titre de comparaison, deux semaines plus tôt, le CFC avait réuni 973.000 spectateurs. Le score de dimanche est d’autant plus décevant que la chaîne cryptée diffusait le Grand Prix de Moto GP juste avant et que cet événement de sport mécanique a cartonné avec près de 900.000 spectateurs. Ultime preuve que le Canal Football Club a véritablement été zappé par les abonnés ce soir-là, le match OM-Dijon diffusé juste après l’émission a réalisé une audience correcte au vu de l’affiche peu attrayante avec 880.000 téléspectateurs de moyenne, soit plus de 100.000 abonnés devant leur écran que pour le Canal Football Club. Reste maintenant à savoir si l’absence de Pierre Ménès sur le plateau a joué un véritable rôle dans ces chiffres, ou si ceux-ci s’expliquent tout simplement par le fait que la grande journée de Ligue 1 du week-end était samedi et non dimanche avec PSG-Lille et Lens-OL la veille.