Ahurissant, les droits TV anglais montent à 7 milliards d'euros !

Ahurissant, les droits TV anglais montent à 7 milliards d'euros !

Photo Icon Sport

Encore une fois, le football anglais est passé dans une autre dimension ce mardi avec l’attribution des droits télés pour les saisons 2016-17 à 2018-19. Sky a remporté la principale offre comprenant un total de 126 matchs décalés, tandis que le diffuseur BT a récupéré deux packs totalisant 42 matchs. Au final, la Premier League récupèrera la somme colossale de 7 milliards d’euros pour cette période. Une hausse de 70 % par rapport au dernier appel d'offre, qui avait également fait l'objet d'une hausse de 77 % par rapport à la précédente...

Pour les spectateurs et téléspectateurs, cela impliquera plusieurs changements de taille dans leurs habitudes, puisque des matchs seront désormais diffusés le vendredi soir, le samedi soir, et encore plus régulièrement le lundi soir, outre la journée classique du samedi après-midi et les rencontres du dimanche. La Premier League explose bien évidemment tous les records des droits télés des championnats de football, et même de l’ensemble des sports, puisque seule la toute puissante NFL, qui est suivie sur tout le territoire des Etats-Unis et compte bien moins de rencontres, possède des droits plus élevés par match retransmis. Les chiffres deviennent même incroyables quand on fait le rapport du prix par match diffusé, puisqu’il dépasse la somme de 10 ME. Oui, 10 ME le simple match diffusé à la télévision. Bien évidemment, on ne parle ici que des montants livrés pour diffuser au Royaume-Uni, la valeur du match diffusé devant encore augmenter avec les droits à l’internationaux, qui sont eux aussi colossaux. 

BeInSPORTS et Discovery via Eurosport ont tenté leur chance pour obtenir les droits de retransmettre les matchs au Royaume-Uni, mais ils se sont faits battre à plate couture. A partir de 2017, le dernier du championnat anglais touchera 136 ME de droits télés tout de même. Même si la comparaison n'est pas possible, la Ligue 1 possède des droits télés à hauteur de 748 ME par an.