PSG : Neymar Ballon d'Or dans une catégorie pas sexy

PSG : Neymar Ballon d'Or dans une catégorie pas sexy

Photo Icon Sport

Neymar a été victime de neuf fautes samedi dernier contre Montpellier, et cela n'est pas la première fois pour le Brésilien du Paris Saint-Germain. Il devance et de loin Lionel Messi, Cristiano Ronaldo et Kylian Mbappé.

Du côté du Brésil on s’inquiète toujours pour Neymar, les blessures de la star du Paris Saint-Germain étant récurrentes, même si cette saison cela semble moins le cas que lors des deux années précédentes. Mais la statistique des neuf fautes subies par Neymar contre Montpellier est arrivée jusque dans son pays. Et du côté d’UOL, on constate que le joueur de la Seleçao et du PSG attire les fautes comme le miel attire les abeilles. En effet, le média brésilien fait remarquer que depuis qu’il est arrivé au FC Barcelone en 2013, Neymar a toujours été dans le top 5 des joueurs qui ont subi le plus de fautes si l’on compte les cinq grands championnats européens.

Cette saison, seul Jack Grealish, le joueur d’Aston Villa, a « battu » Neymar avec 4,8 fautes subies par match contre 4,2 pour le footballeur brésilien du Paris Saint-Germain. Et si l’on compare avec les joueurs du standing de Neymar, Cristiano Ronaldo est victime d’1,7 faute par rencontre, Lionel Messi 1,5 et Kylian Mbappé 1,1 selon l’étude menée par WhoScored. UOL a une explication à ce record dont le Brésilien se passerait bien. « Ce n'est pas que le maillot 10 du Paris Saint-Germain est masochiste et prend plaisir à ressentir de la douleur ou à voir les ecchymoses laissées par les crampons de ses adversaires sur sa jambe. Mais son style de jeu est la porte ouverte à ceux qui veulent le toucher (...) Neymar fait des dribbles n’importe où sur le terrain, et souvent lorsque le ballon est arrêté ou va lentement. Il subit donc aussi des fautes sur le côté du terrain et loin du but (…) Il sait aussi que ses gestes techniques peuvent énerver ses adversaires et les inciter à faire des fautes afin qu’ils prennent des avertissements ou des rouges », explique Rafael Reis, conscient que son compatriote sait jouer de la provocation et du chambrage pour faire craquer ses rivaux.