Pierre Ménès traite le fair-play financier de « débile »

Pierre Ménès traite le fair-play financier de « débile »

Photo Icon Sport

Attendu depuis plusieurs jours, le recrutement de Serge Aurier par le PSG a mis du temps à être finalisé. Il fallait le temps de mettre sur pied un petit montage permettant à Paris d’ajouter un joueur sans dépenser d’argent, ce qui a été réalisé avec ce prêt, officiellement sans option d’achat. Ainsi, pas de dépenses supplémentaires pour le club de la capitale, qui reste dans le cadre du fair-play financier. Cette opération a été effectuée avec le consentement de Toulouse, qui accepte un accord peu banal consistant à perdre son meilleur joueur sans contrepartie, ce qui peut évidemment faire tiquer. Et pour Pierre Ménès, qui a toujours dénoncé les sanctions de l’UEFA contre le PSG à l’heure où le Real Madrid et le FC Barcelone, endettés, recrutent à coups de dizaines de millions d’euros, l’aide de Toulouse pourrait même ne pas passer auprès de l’instance européenne, qui serait prête à s’acharner sur le club de la capitale, et celui qui l'a aidé.