OL : A ce rythme, Peter Bosz va arriver dans le kop

OL : A ce rythme, Peter Bosz va arriver dans le kop

Deux journées et déjà une atmosphère de crise, ce n’est pas du jamais vu à l’OL, mais presque.

Les lancements de saison sont parfois compliqués, et provoquent bien souvent quelques achats de dernière minute. En tout cas, si Jean-Michel Aulas et Juninho espéraient effectuer cette saison avec l’effectif actuel, c’est peine perdue. Peter Bosz demande des renforts, et il le fait savoir de moins en moins discrètement. La venue d'Emerson Palmieri de Chelsea est déjà une première pierre à l'édifice. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Olympique Lyonnais (@ol)

Ce vendredi en conférence de presse, l’entraineur néerlandais a inévitablement été interrogé sur le cas Marcelo, qui se voit indiquer la sortie. « Est-ce que ça a touché le groupe ? Je l'espère oui, ce sont des hommes, c'est un collègue, ça va toucher. J'étais d'accord avec la décision du club, je ne sais pas ce qui va se passer à l'avenir. Le club va discuter avec lui. La décision a été prise ensemble, la discussion restera en interne. Ce n'est pas pour envoyer un message, je n'aime pas ça, on a pris la décision car c'était le plus important pour l'équipe, pour le club », a expliqué l’ancien coach de l’Ajax Amsterdam, pour qui l’attitude du défenseur brésilien était intenable. 

C’est aussi un message envoyé aux supporters, histoire de leur faire comprendre que la situation actuelle ne ravissait par les dirigeants de l’OL. Cette banderole affichée au centre d’entrainement ce vendredi matin a en tout cas permis de rappeler la colère des fans : « Bougez-vous ou cassez-vous ». La réponse de Petr Bosz est limpide, et prend pour une fois le partie des supporters face aux joueurs. « Je n'ai pas vu mais on m'a dit. Je suis tout à fait d'accord avec cela. Absolument. Changer les mentalités, ce n'est pas facile si c'est ancré dans les joueurs. Là, ce n'est pas le cas. La réponse, ce sera sur le terrain dimanche », a prévenu le coach lyonnais, qui a bien tenu à faire comprendre qu’il fallait des recrues pour rendre son équipe compétitive, et que les problèmes ne dataient pas simplement du match perdu à Angers, mais de bien plus tôt. Les messages sont passés.