OM : Un bon face à face avec le boss, AVB n'attend que ça

OM : Un bon face à face avec le boss, AVB n'attend que ça

Photo Icon Sport

Il y aura une réunion décisive pour l’avenir d’André Villas-Boas à l’OM dans les prochaines semaines, et l’entraineur portugais en est parfaitement conscient.

Pas du genre à prendre des chemins détournés pour dire les choses, André Villas-Boas est bien évidemment concentré sur les matchs à venir, et la réception d’Amiens au Vélodrome ce vendredi. L’OM a une revanche à prendre après le revers à domicile contre Nantes, et un succès face à ce club du bas du tableau rapprocherait encore le club phocéen de la Ligue des Champions. C’est désormais un objectif dont tout le monde peut parler librement à Marseille, même s’il y a un gros point d’interrogation au sujet de ce billet quasiment en poche. En effet, avec quelle équipe l’OM irait disputer la Ligue des Champions en cas de qualification ? La réalité financière rattrape le club provençal, qui va devoir vendre, probablement deux joueurs majeurs, le tout sans grande latitude pour recruter. De quoi faire craindre le pire à André Villas-Boas, qui a déjà fait savoir qu’il ne repartirait pas sans avoir quelques garanties la saison prochaine. Une position confirmée ce mercredi en conférence de presse, avec la promesse d’une réunion avec les dirigeants où tous les sujets délicats seront abordés.

« Je me trouve très bien en France, j'ai été très bien reçu, respecté par tous, joueurs, vestiaire, presse, public français en général, confrères. Après, il y a d'autres choses dont on doit parler. C'est cela qu'on va clarifier dans un timing juste. La qualification n'est pas encore assurée. On est des adultes, on va prendre des décisions face-à-face. Il ne faut pas sauter les étapes. Je suis sous contrat pour l'année prochaine. Quand le club sera prêt, on discutera de ce qu'il peut se passer l'année prochaine. C'est naturel », a livré l’entraineur portugais, pas désireux de mettre une grosse pression sur ses dirigeants, surtout que cette place sur le podium n’est pas assurée. Mais si Jacques-Henry Eyraud venait lui présenter un projet basé sur les ventes de joueurs et du bricolage derrière, nul doute que l’ancien coach de Chelsea ne se priverait pas de faire comprendre sa manière très différente de voir les choses.