OM : Rami viré, il dénonce l’hypocrisie d’Eyraud et Garcia

OM : Rami viré, il dénonce l’hypocrisie d’Eyraud et Garcia

Photo Icon Sport

A l’été 2019, l’Olympique de Marseille a pris la décision choc de licencier Adil Rami pour faute grave en raison de sa participation à Fort Boyard.

Officiellement, le club marseillais reproche à son ancien défenseur d’avoir participé à la célèbre émission d’aventures de France 2 alors qu’il était blessé, et indisponible pour jouer et s’entraîner avec l’Olympique de Marseille. Dans son autobiographie, le champion du monde 2018 est revenu sur cette polémique avec franchise. En livrant ses vérités, Adil Rami a été très cash en dénonçant l’hypocrisie dont Jacques-Henri Eyraud et Rudi Garcia ont fait preuve en acceptant de laisser le joueur participer à Fort Boyard… avant de lui reprocher des semaines plus tard.

« Cette semaine-là, nous jouons le samedi. Je demande au coach le programme pour le dimanche et le lundi. 'Dimanche repos, lundi entraînement.' Avec Garcia, on ne peut jamais rien prévoir. Il ne fixe jamais d'une semaine sur l'autre. 'Coach, je dois aller aux trophées UNFP dimanche, et lundi j'aimerais bien avoir ma journée.' 'Ok Adil, comme tu es blessé et que tu ne t'entraînes pas avec le groupe, tu vois ça avec le doc, c'est à lui de décider » explique Adil Rami dans des extraits de sa biographie dévoilés par Le Figaro. Et de poursuivre.

« En deux ans à Marseille, je n'ai jamais eu à envoyer un message au coach ou au président pour prévenir de mes activités parallèles : 'Coach, j'ai un cours de boxe, coach, je pars en crossfit.' Tout le monde était au courant, et personne ne m'a jamais rien dit à ce sujet. Ma journée off, je fais attention, mais je vaque à mes occupations personnelles et d'ailleurs il m'arrive souvent d'en parler sur mon Instagram. Comme mes coéquipiers, quoi. Je n'ai rien à cacher. J'appelle au dernier moment la production de Fort Boyard pour les avertir de ma présence et il est aussi prévu que je ne fasse rien de dangereux. Le mardi matin, à 10 heures, je suis au centre d'entraînement et on ne me dit rien. Personne n'évoque mon absence de la veille, puisque je n'étais pas convoqué, dispensé de séance par le doc. La semaine se passe sans encombre. Je ne suis même pas sur la feuille de match pour la dernière journée de la saison, contre Montpellier au Vélodrome » explique Adil Rami, qui regrette le manque de franchise de Jacques-Henri Eyraud et de Rudi Garcia, lesquels ne lui ont absolument rien reproché sur le coup… avant de le licencier pour faute grave.