OM : Chantage à 60.000 euros, plainte et lobbying du Qatar, le rachat dérape

OM : Chantage à 60.000 euros, plainte et lobbying du Qatar, le rachat dérape

Photo Icon Sport

Le feuilleton du possible rachat de l’Olympique de Marseille n’en est probablement qu’à ses débuts, mais ceux-ci sont particulièrement agités.

Après des annonces en fanfare signées Mourad Boudjellal puis Mohamed Ayachi Ajroudi, une phase plus concrète est attendue. Pour le moment, le clan McCourt annonce qu’il ne voit rien venir, ce qui ne l’inquiète pas le moins du monde puisque l’Américain assure qu’il n’est pas vendeur. Mais dans les coulisses, la bataille fait rage sur le plan médiatique, et les déclarations des potentiels acheteurs pour aguicher les supporters se multiplient. Dans l’autre sens, Mohamed Ayachi Ajroudi est régulièrement dénigré et parfois considéré comme un homme très loin d’être celui qu’il prétend être, que ce soit au niveau du comportement ou des connexions financières. Mais ce vendredi, Mourad Boudjellal a jeté un énorme pavé dans la mare sur RMC en révélant que le Franco-Tunisien avait été victime d’un influenceur à la botte du Qatar, qui lui avait demandé de l’argent pour ne pas dénigrer son projet.

« C’est un maître-chanteur qui a pignon sur rue sur Twitter et qui lui a demandé une somme d’argent, en l’occurrence 60.000 euros, pour ne pas le dénigrer. Il a ajouté: "sinon, je vais donner des infos bidon à des journalistes qui vont te dénigrer". Un dépôt de plainte a donc été fait. On s’est permis de mettre le numéro de téléphone de son épouse et de ses enfants sur les réseaux sociaux, ce qui veut dire qu’elle est harcelée, par des gens qui n’ont pas de bonnes intentions. Il y a une campagne totalement orchestrée, avec des journalistes qui sont souvent brillants, mais qui sur ce coup-là se font influencer. Je vois comment il vit, je connais les moyens dont il dispose. Il ne veut pas étaler. Je connais les gens qui veulent travailler avec lui, c’est un vrai projet », a tenu à assurer l’ancien président du RC Toulon. Un chroniqueur sur Paris Match nommé Jean-Pierre Duthion s'est senti visé, et a répondu aux accusations sur Twitter

« Si c’était le cas, il y aurait plainte non ? Plaintes imaginaires, preuves imaginaires. Rien reçu à ce jour. Il est même pas dans le classement des plus grandes fortunes du monde, qui irait lui faire du chantage lol ? », s’est justifié celui qui se définit en effet comme média consultant et lobbyiste et qui ne cesse de répéter ces derniers temps que Mohamed Ajroudi n’a pas le moindre sou en poche. En tout cas, le feuilleton continue de rebondir dans tous les sens, et ne va pas vers la sérénité nécessaire à ce genre d’opérations.