Mercato : L’OM trouve son bonheur à Arsenal

Mercato : L’OM trouve son bonheur à Arsenal

Icon Sport

Le recrutement d’un latéral gauche est l’une des priorités de Jorge Sampaoli pour le mercato hivernal de l’OM.

Et pour cause, Jordan Amavi n’a pas du tout convaincu l’entraîneur de l’Olympique de Marseille, qui l’a utilisé avec parcimonie lors de la première partie de saison. Ciblé par Nice en cas de départ de Kamara vers Watford, l’arrière-gauche de l’OM est barré par la concurrence de Luan Peres dans la cité phocéenne. Défenseur central de formation, le Brésilien a dépanné plus d’une fois dans le couloir gauche, après avoir entamé la saison en défense centrale. Mais pour la seconde partie de saison, Jorge Sampaoli aimerait disposer d’un spécialiste du poste. C’est ainsi que selon les informations du Daily Mail, Pablo Longoria s’est mis en quête de l’oiseau rare. Et le président de l’OM aurait coché le nom de Sead Kolasinac, en fin de contrat avec Arsenal dans six mois.

Kolasinac dans le viseur de l'OM

Au club depuis 2017, l’international bosnien n’est pas un titulaire aux yeux de Mikel Arteta depuis le début de la saison. Actuellement blessé à la cheville, il n’a disputé que deux matchs de Premier League, un bilan famélique chez les Gunners en 2021-2022. Afin de se relancer, Kolasinac ne sera pas fermé à l’idée de quitter Arsenal dès le mois de janvier, une aubaine pour l’Olympique de Marseille, qui s’est spécialisé ces derniers mois dans le recrutement de grands joueurs en difficulté et à relancer. Depuis deux ans, Arkadiusz Milik, Mattéo Guendouzi, Pau Lopez ou encore Cengiz Ünder, qui étaient tous en grande difficulté dans leurs clubs, ont rejoint l’OM et s’y sont imposés comme des titulaires indiscutables. Sead Kolasinac suivra-t-il leurs traces ? Pour l’heure, aucun détail financier n’a encore filtré. Mais à priori, Arsenal ne se montrera pas trop gourmand avec un remplaçant en fin de contrat dans six mois. D’autant que les Londoniens avaient recruté Kolasinac pour zéro euro en provenance de Schalke il y a cinq ans…