LOSC : Lille sauve l'honneur, Pierre Ménès applaudit

LOSC : Lille sauve l'honneur, Pierre Ménès applaudit

Photo Icon Sport

Vainqueur du Sparta Prague jeudi soir (1-4), Lille est la seule et unique équipe française à avoir remporté son match de coupe d’Europe cette semaine.

Les hommes de Christophe Galtier ont parfaitement géré leur déplacement en République Tchèque avec un turn-over de l’effectif, un joueur clé totalement relancé en la personne de Yacizi et une victoire nette et sans bavure. Il n’en fallait pas plus pour réjouir Pierre Ménès, lequel a salué la prestation des Dogues et la gestion parfaite de l’évènement par leur entraîneur Christophe Galtier. Le journaliste de Canal Plus en a également profité pour critiquer le calendrier imposé aux joueurs de football professionnel dans les semaines à venir avec un enchaînement infernal de matchs de coupe d’Europe.

« Si Nice rencontrait la meilleure équipe de son groupe, le LOSC a certainement joué la plus faible du sien. C’est sans doute le calcul qu’avait fait Galtier, car il avait laissé pas mal de titulaires et non des moindres sur le banc. Cela s’est globalement bien passé et en plus, Lille a eu droit à un petit coup de pouce de l’arbitrage avec ce carton rouge donné à Krejci que je trouve extrêmement sévère. Pour une légère poussette dans le dos, l'expulsion me paraît vraiment exagérée. Du coup, avec plus d’une heure de jeu à jouer en infériorité numérique, les Tchèques ont de plus en plus souffert au fil du match. Yazici a ouvert le score juste avant la pause d’une frappe exceptionnelle du gauche (…) et s’est offert un triplé et un quatrième but signé Ikoné ont donné une ampleur plus large au succès lillois. Trois points, une belle différence de buts, des titulaires mis au repos… Compte tenu de ce calendrier démentiel qui attend tous les clubs européens, c’est tout bénef’ pour le LOSC. En parlant de calendrier, je veux bien qu’on dise ce qu’on veut mais je trouve qu'en ce moment, les joueurs sont vraiment pris pour des morceaux de viande à devoir jouer tous les trois jours pendant six semaines. Il va forcément y avoir de la casse un peu partout, c’est mathématique » a publié le journaliste, qui espère que les clubs français n’auront pas trop de blessures à déplorer dans les semaines à venir en dépit de ce calendrier de dingue.