La France abuse-t-elle avec le « seum » belge ?

La France abuse-t-elle avec le « seum » belge ?

Icon Sport

Dans ce qui était la revanche très attendue de la demi-finale de la Coupe du monde 2018, c’est encore la France qui s’est imposée face à la Belgique ce jeudi soir à Turin.

Les Bleus se dirigent donc en finale de la Ligue des Nations, où ils affronteront l’Espagne ce dimanche. Le match a, contrairement à 2018, été palpitant, avec cinq buts, des rebondissements, du KO dans l’air et une fin de rencontre totalement folle. Avec deux buts d’avance, les Belges croyaient clairement en leur étoile à la pause, et le message, pas provocateur mais confiant, du CM des Diables Rouges à la pause risque de rester dans l’histoire.

« Bien, voilà une avance confortable », avait ainsi lancé le compte de l’équipe nationale belge, avant de se chambrer lui-même en rajoutant un « ou pas » un peu plus tard. En tout cas, après le but refusé à Romelu Lukaku à la 87e minute, et celui inscrit par Théo Hernandez dans les arrêts de jeu, nos voisins belges ont du se croire maudits quand ils jouent contre la France. Les Bleus finissent toujours pas s’imposer, de manière cruelle pour eux si possible.

Et ensuite, vient une longue période de moqueries qui doit sembler sans fin pour les Belges. L’Equipe n’a pas spécialement fait dans le détail à sa Une ce vendredi, avec un titre « Le seum, deux fois » qui restait dans l’univers belge après celui sur les frites de la veille. Et cette fois-ci, tout le monde s’y est mis. Le Bescherelle s’est amusé à rappeler que le mot « seum » était valable au Scrabble désormais et la Belgique a été rebaptisée « Belseum », alors que les Français sont en train de boire du « Capri-seum ». Du chambrage en règle pour une équipe de France qui va toutefois désormais devoir se reconcentrer sur la suite de la compétition, avec, comme en 2018, une finale à aller gagner ce dimanche, cette fois-ci ce sera contre une Espagne surprenante.