Harcèlement sexuel : Le Graët n'est pas l'auteur des SMS

Harcèlement sexuel : Le Graët n'est pas l'auteur des SMS

Icon Sport

Pointé du doigt dans un article du magazine So Foot, Noël Le Graët s’est défendu auprès d’Amélie Oudéa-Castéra. Le président de la Fédération Française de Football a démenti les accusations de harcèlement sexuel. Mais la ministre des Sports attend d’autres réponses.

A l’approche de la Coupe du monde 2022, la Fédération Française de Football traverse une zone de turbulences. L’article du magazine So Foot a confirmé les graves dysfonctionnements au sein de l’instance, et notamment au sommet. Le président Noël Le Graët est en effet accusé de harcèlement sexuel en raison de SMS incorrects envoyés à des collaboratrices. Alertée par cette polémique, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a demandé un audit en interne et reste attentive à l’évolution de ce dossier.

« Il y a eu ces accusations de sexisme, ces SMS... La Fédération a porté plainte là-dessus, a rappelé la ministre dans L’Equipe. Il y a d'autres éléments sur la gestion financière, sur la méthode managériale. Je veux que l'on regarde tout cela, que l'on comprenne si le climat social est sain, apaisé. On se souvient de ce PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) qui a laissé un certain nombre de traces. La FFF est le vaisseau amiral du sport français. Il faut vérifier qu'à sa tête, ça fonctionne bien, qu'il peut avancer de manière efficace, et dans la cohésion. »

C’est pourquoi la membre du gouvernement a rencontré Noël Le Graët et la directrice générale de la FFF Florence Hardouin. « Je les ai reçus dans mon bureau. De façon très transparente, je leur ai dit que, compte tenu de ce qui était sorti, il était important que je regarde de près comment ils pilotent la Fédération, a relayé Amélie Oudéa-Castéra. Noël Le Graët m'a dit qu'il n'était pas l'auteur des SMS. Moi, je ne suis pas juge d'instruction... »

La ministre attend les conclusions de l'audit

Autrement dit, l’ancienne joueuse de tennis n’est pas totalement convaincue et attend les conclusions de l’audit. « Ils ont pu s'expliquer. Ça a été un moment de parole très libre, dans lequel on s'est dit des choses. Mais il fallait les approfondir avec des preuves, des entretiens, des documents, des faits et donc une équipe pour mener ce travail. C'est le sens de l'inspection diligentée. Je leur ai dit à quel point j'étais attentive à l'exemplarité de cette Fédération », a ajouté Amélie Oudéa-Castéra, déterminée démêler le vrai du faux malgré le Mondial à venir.