EdF : Mbappé préfère jouer avec Benzema, c'est évident pour Pierre Ménès

EdF : Mbappé préfère jouer avec Benzema, c'est évident pour Pierre Ménès

La polémique lancée par Olivier Giroud sur les ballons qui n'arrivent pas vise clairement Kylian Mbappé. Pierre Ménès entre dans la mêlée à l'approche de l'Euro. 

Au coeur d’une préparation jusque-là parfaite, il n’a pas fallu grand chose pour enrayer la machine tricolore. Champions du monde en titre, les Français ont été renforcés par Karim Benzema, qui effectue son grand retour après cinq ans d’absence. Clairement, ses coéquipiers Paul Pogba, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé ont tout fait pour le mettre dans les meilleures conditions lors de ses premières minutes. Olivier Giroud s’est du coup senti un peu délaissé, expliquant clairement après le match face à la Bulgarie qu’on oubliait de le servir assez facilement. Kylian Mbappé n’a pas aimé ces reproches, et cela créé une tension qu’il va tout de même falloir dissiper dans les prochains jours, histoire d’aborder sereinement le match face à l’Allemagne. Pour Pierre Ménès, qui reprend progressivement la parole sur les réseaux sociaux, cette polémique n’a pas lieu d’être, sachant que la complémentarité sera forcément plus grande entre Mbappé et Benzema, qu’entre l’attaquant du PSG et Giroud. Et il ne faut pas aller chercher plus loin. 

« Comment peut on s’étonner que Mbappe échange plus avec Benzema qu’avec Giroud vu leurs styles ? Les Bleus ne pouvaient-ils pas faire l’économie de cette polémique à la con ? », a souligné le consultant de Canal+, pour qui Giroud doit s’habituer à être un peu écarté dans l’animation offensive. Néanmoins, ce n’est pas ce que l’attaquant de Chelsea reprochait à son jeune compère, mais il s’agissait plutôt de la façon dont ses appels de balle étaient ignorés régulièrement, et ceci volontairement. En tout cas, nul doute que Didier Deschamps, qui est déjà revenu sur ces évènements après le match de mardi, va une nouvelle fois prendre la parole à ce sujet ce jeudi en conférence de presse, histoire de dissiper les derniers doutes sur l’entente cordiale des attaquants.