EdF : Deschamps-Benzema, la France doit pardonner

EdF : Deschamps-Benzema, la France doit pardonner

Eloigné de l'équipe de France depuis six ans, Karim Benzema est discret sur ce sujet toujours sensible. Mais des voix s'élèvent afin que Didier Deschamps fasse de nouveau appel à l'attaquant du Real Madrid.

Les propos de Zinedine Zidane samedi, après la victoire du Real Madrid contre le Celta Vigo, ont fait du bruit en France. Zizou n’est en effet pas du genre à se mêler des choix de Didier Deschamps à la tête de l’équipe de France, mais cette fois l’entraîneur madrilène a ouvertement fait savoir qu’il « ne comprenait pas » la situation de Karim Benzema, exclu officieusement des Bleus depuis 2015 et le début de l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena. Cette déclaration de Zinedine Zidane a remis de l’huile sur le feu, et de la pression sur les épaules de Didier Deschamps. Le sélectionneur national a toujours assumé son choix de ne pas convoquer Karim Benzema depuis six ans, mais nombreux sont ceux qui réclament au coach des Bleus de revenir sur sa décision.

Le grand pardon version Benzema-Deschamps

Parmi eux, Jean-Michel Larqué, qui n’est pas président du fan club de Karim Benzema. Pour l’ancien capitaine de l’ASSE, consultant sur RMC, tout doit pouvoir s’arranger entre Didier Deschamps et Karim Benzema, l’heure du grand pardon étant probablement arrivée. « Le football est le seul secteur de la société où un accusé, même un coupable, puisque je considère que Benzema est coupable, est condamné à perpétuité, c’est le seul secteur. Je n’en veux pas à Didier, je dis simplement que le pardon, ça fait partie de notre société, des qualités d’un homme. Je sais que ce qui a été fait est terrible pour Didier. Et je pense que, malgré toutes les épreuves qu’il a pu endurer, pardonner, ce serait peut-être pour Didier, se grandir », a confié Jean-Michel Larqué. Reste que Didier Deschamps n'est pas réellement du genre à plier aux injonctions, que ce soit de Jean-Michel Larqué ou de Noël Le Graët.