OL-OM : Yanga-Mbiwa et Sertic, même combat pour Lyon et Marseille

OL-OM : Yanga-Mbiwa et Sertic, même combat pour Lyon et Marseille

Photo Icon Sport

Les erreurs de recrutement arrivent dans tous les clubs, mais l'OL et l'OM payent très cher les présences de Mapou Yanga-Mbiwa et Grégory Sertic dans leur effectif cette saison encore.

Ce vendredi, L’Equipe a publié son classement des salaires concernant les joueurs de Ligue 1. S’il n’y a pas de surprises dans les premiers noms sur la liste, il suffit de regarder un peu plus précisément les détails au sein des grands clubs pour voir apparaitre quelques éléments surprenants. C’est le jeu des négociations, des agents et des contrats qui font que parfois, des joueurs du bout du banc font partie des mieux payés de l’équipe. De quoi faire grincer quelques dents dans l’effectif forcément, surtout que le joueur en question n’a probablement aucune raison financière de quitter son club avec un si bon contrat.

L’OM et l’OL en ont un chacun, pas de jaloux. A Marseille, Grégory Sertic compte 0 minute de temps de jeu cette saison, mais touche quand même 180.000 euros tous les mois, ce qui lui permet d’être à la limite du Top10 du club provençal, juste derrière un joueur comme Boubacar Kamara. Dès lors, il est plus facile de comprendre pourquoi personne n’a pu se payer ses services sur le marché des transferts l’hiver ou l’été dernier.

A l’OL, la situation est encore pire pour Mapou Yanga-Mbiwa. Le défenseur central, arrivé en grandes pompes de la Roma en 2015, traine depuis ce contrat faramineux à 280.000 euros par mois. Cinquième joueur le mieux payé de l’effectif, il devance de nombreux titulaires comme Jason Denayer, Thiago Mendes, Marcelo ou même Moussa Dembélé, qui doivent tout de même se demander quel tour de passe-passe a fait l’ancien international pour négocier un aussi beau contrat. L’OM et l’OL peuvent toutefois souffler, en fin de saison, les deux joueurs termineront leur bail, et devront donc trouver un nouveau club qui ne s’alignera probablement sur leurs standards actuels.