TV : Praud, Ménès, Bolloré...Sébastien Thoen est énorme !

TV : Praud, Ménès, Bolloré...Sébastien Thoen est énorme !

DR

Licencié de Canal+ suite à un sketch parodique, Sébastien Thoen a involontairement entraîné dans sa chute Stéphane Guy. Il sort de son silence et ça décoiffe.

Petites causes grands effets. En réalisant avec ses potes Julien Cazarre et Thomas Séraphin un sketch parodiant « L’heure des Pros », le show quotidien de Pascal Praud sur Cnews, Sébastien Thoen a été viré manu militari par Canal+. Et pour prouver que ce sujet était sensible, la direction de la chaîne cryptée avait également limogé quelques jours plus tard Stéphane Guy, lequel avait envoyé un petit mot à son ancien collègue en direct à l’antenne lors du match Montpellier-PSG. Cette semaine, on a également appris que trois pigistes de C+ avaient pris la porte pour avoir fait part de leur mécontentement face à ces décisions. A l’heure où la direction de Canal+ impose le silence, Sébastien Thoen est lui sorti du sien dans une interview surréaliste accordée au Parisien. Pour le désormais ancien présentateur du Journal du Hard, il était temps d’évoquer les événements qui ont abouti à son limogeage, mais dans un style très Action Discrète.

Reconnaissant dans un premier temps qu’il n’imaginait pas que le sketch parodique allait faire autant de bruit, Sébastien Thoen a ensuite balancé quelques missiles sous la forme de bonnes vannes. « Avec mes camarades d’Action discrète, nous sommes le seul groupe de comiques de droite de Canal +, donc Pascal Praud c’est la famille. Ce sketch pour Winamax était plus un hommage qu’une parodie. On parle de tout, et on peut tout dire chez lui, les auteurs ont imaginé qu’on y parlait foot. Pour rire (…) Visiblement l’ennemi public n° 1, c’est Cazarre avec qui je m’affichais. Cela dit, je pense comme Canal : c’est un con. Mais il est bon. Et l’humour, ça ne rigole pas : il vaut mieux bosser avec un con, mais bon, qu’avec un gentil mais incompétent (…) Si j’ai ma liberté de parole ? Oui ! Certes, je ne peux pas dire : « Gérald-Brice Viret est une truffe et Pascal Praud et Vincent Bolloré, deux malades mentaux ». Tant mieux, je n’en ai pas envie, et ce n’est pas vrai. Sinon, je suis libre, et on se quitte bons amis (…) L’Esprit Canal ? Les internautes ont pensé qu’il avait pris un taquet avec mon départ. Heureusement, il y a encore Mouloud Achour et Pierre Ménès. Et, rêvons plus grand, pourquoi pas Cyril Hanouna sur Canal en access en septembre ? Ce serait top », lance Sébastian Thoen, qui avoue cependant être « désolé » pour Stéphane Guy, victime collatérale de cette histoire.