TV : Mediapro traîné en justice, ça devient politique

TV : Mediapro traîné en justice, ça devient politique

Photo Icon Sport

Principal diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2 depuis le début de la saison, Mediapro va disparaître du paysage footballistique française après Noël.

En effet, le groupe sino-espagnol a signé un accord avec la LFP afin de rendre les droits TV en échange d’un dédommagement de 100 ME et de la garantie de ne pas être poursuivi en justice par l’instance du football français. Sur le papier, cette opération ressemble tout de même à un deal perdant pour tout le monde, aussi bien pour le groupe qui s’est fait une pub détestable que pour le football français qui a perdu une tonne d’argent. Toute cette histoire ne doit pas rester sans conséquences pour Cédric Roussel, député La République en Marche des Alpes-Maritimes, qui a estimé dans une interview accordée à So Foot que Mediapro devait être poursuivi en justice.

« Il faut condamner cela, et je considère que cette résolution ne doit pas être considérée comme un solde de tout compte. Les 100 millions d’euros promis et négociés par Mediapro ne sont pas suffisants pour compenser les pertes créées par leur venue dans l’Hexagone. Je comprends parfaitement l’urgence de devoir récupérer rapidement les droits et repartir avec un partenaire solvable, c’est la survie des clubs professionnels qui est en jeu. Mais ce n’est pas suffisant. Maintenant, il faut activer tous les moyens juridiques et ne pas laisser Mediapro partir sans rendre de comptes ou s’expliquer sur leur échec. Je n’ai pas encore entendu Jaume Roures s’exprimer sur ce sujet, éprouver des regrets et s’excuser sur les conséquences de ses actes. Où est-il ? Que fait-il actuellement, alors que de nombreux salariés de la chaîne Téléfoot sont en train de préparer leur carton de départ ? Pour moi, les attitudes de Mediapro sont celles de voyous, ce ne sont pas de bonnes manières, et on ne peut pas s’arrêter là » a confié le député, révolté par l’attitude de Mediapro, qui a de grandes chances de quitter la France sans vraiment être inquiété en raison de l'accord trouvé avec la LFP et le Tribunal de Commerce de Nanterre.