TV : La méthode de la terreur, Canal veut tout rafler

TV : La méthode de la terreur, Canal veut tout rafler

Icon Sport

Acteur majeur du foot français, Canal + a assigné la LFP en justice après le refus de l’instance d’inclure son lot de deux matchs au nouvel appel d’offres.

Aux yeux des dirigeants de la chaîne cryptée, son lot de deux matchs (samedi à 21 heures et dimanche à 17 heures), acquis pour 330 ME en 2018, aurait dû être remis en jeu dans le nouvel appel d’offres lancé la semaine dernière afin que celui-ci soit global et concerne 100 % des droits télévisuels du foot français. Il s’agit d’un bon sens économique pour Canal +, qui s’estime totalement lésé dans la mesure où le championnat a perdu de sa valeur en l’espace de deux ans en raison du fiasco de Mediapro et des stades à huis clos. En assignant la LFP en justice, Canal + tente un incroyable coup de poker selon Pierre Rondeau. Interrogé par France TV Info, l’économiste a estimé que la chaîne cryptée tentait d’effrayer ses principaux concurrents avec une procédure judiciaire possiblement longue dans le but d’être le seul candidat à se positionner sur l’appel d’offres dont les résultats tomberont le 1er février.

Le coup de poker de Canal + décrypté

« Les droits TV sont segmentés en différents lots depuis 2003, pour éviter les situations de monopole. La valeur du football français a largement baissé depuis 2018, avec la crise du coronavirus et tout le contexte actuel. Canal mise sur le fait que les concurrents éventuels (Amazon, par exemple, ndlr) pourraient ne pas se lancer, car l’ensemble du processus pourrait finir par être retoqué quelques semaines plus tard » explique-t-il. Et si Canal venait à perdre l’appel d’offres au profit d’un autre diffuseur, alors la chaîne cryptée pourrait se retourner vers la voie judiciaire en contestant la validité de celui-ci car son lot acquis en 2018 n’a pas été remis en jeu.

« Canal pourrait alors se remettre dans le jeu, avec son propre lot remis sur le table en plus. C’est un poker menteur auquel joue Canal. Concrètement, si les droits TV sont trop bas, les clubs seront en situation de faillite, et seront donc moins compétitifs. Or un championnat moins compétitif est un produit TV moins rentable. Il me semblait qu’il y avait deux camps chez Canal depuis la prise de parole de Maxime Saada : d’un côté on veut maintenir à flot le foot français en négociant des droits tv conséquents, de l’autre on a ceux qui souhaitent maximiser le profit et payer le moins cher possible. Toutes ces décisions semblent indiquer que c’est le camp du profit à tout prix qui est en train de l’emporter ». Autrement dit, c’est Vincent Bolloré qui a le dernier mot dans ce dossier épineux et non Maxime Saada…