TV : 18 clubs en L1, Canal+ met la LFP à genoux

TV : 18 clubs en L1, Canal+ met la LFP à genoux

Icon Sport

La fin de saison approche et pour l’heure, les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la période 2021-2024 n’ont toujours pas été attribués.

Unique diffuseur de la Ligue 1 depuis la défaillance de Mediapro, Canal + a d’ores et déjà fait savoir à la Ligue de Football Professionnel qu’il ne souhaitait plus diffuser 100 % des matchs la saison prochaine. En effet, la chaîne cryptée est très intéressée par l’idée de conserver les meilleures affiches de chaque journée (deux ou trois matchs par week-end)… mais pas plus. En parallèle, BeInSports n’a pas démontré une grande envie de récupérer les miettes laissées par le groupe Vivendi. Le doute plane grandement sur les droits TV de la saison prochaine, à l’heure où Maxime Saada, patron de Canal +, milite activement pour une Ligue 1 réduite à 18 clubs et par conséquent plus spectaculaire.

A en croire Le Parisien, la réduction de la Ligue 1 de 20 à 18 clubs n’a jamais été aussi présente dans l’esprit des dirigeants du football français à tel point que ce dossier a été mis sur la table du conseil d’administration de la LFP le 21 avril dernier. Un président de club confirme que cette volonté des dirigeants du foot français de réduire la Ligue 1 à 18 clubs est étroitement liée aux désirs de Canal +. « En fait, il faut donner des gages à Maxime Saada, le patron de Canal +, qui a demandé cette réduction. Passer à 18 clubs, cela ferait déjà 38 matchs de championnat en moins à diffuser. De toute façon, même si on dit que c’est pour l’intérêt du foot, on mentira tous. La réalité, c’est que le gâteau des droits télé étant en train de fondre, il faut absolument réduire le nombre de bénéficiaires. C’est humain, non ? » explique le président.

Aulas milite pour une Ligue 1... à 16 clubs

Président de la Ligue de Football Professionnel, Vincent Labrune est totalement pour un passage de la Ligue 1 à 18 clubs. De son côté, Jean-Michel Aulas (OL) milite même pour une réduction à 16 clubs. « La vérité, c’est que les problèmes financiers de Bordeaux, Saint-Etienne ou d’autres peuvent amener à des dépôts de bilan. Et là, il suffirait de ne pas remplacer ces clubs-là par d’autres. De l’extérieur, je conçois que cela ressemble à une bataille de requins mais la réalité aujourd’hui c’est que beaucoup de présidents se disent que, si pour survivre, il faut laisser crever le voisin, ils le feront. Alors franchement, 18 clubs au lieu de 20, ce serait vraiment un moindre mal » explique un membre du conseil d’administration de la LFP. En coulisses, cela s’agite alors que l’appel d’offres des droits TV pour la saison 2021-2022 doit être lancé dans les semaines à venir. Avec possiblement une profonde refonte du paysage footballistique français.