« Robots », « cowboys », Germain cartonne les arbitres

« Robots », « cowboys », Germain cartonne les arbitres

Icon Sport

Depuis le début de la saison, l’arbitrage fait débat en Ligue 1, tout autant que l’utilisation parfois douteuse de la VAR.

Ce week-end, ce sont les joueurs d’Angers qui se sont plaints de l’arbitrage après leur défaite au Parc des Princes face au Paris Saint-Germain. Mais au-delà des erreurs, c’est l’attitude des hommes en noir qui fait également parler ce week-end. Après la victoire de Montpellier contre le Racing Club de Lens dimanche après-midi, l’attaquant héraultais Valère Germain est sorti de ses gongs pour dénoncer l’attitude qu’il juge détestable de la part de Florent Batta, l’arbitre de la rencontre. Malgré le succès du MHSC, l’ex-attaquant de l’Olympique de Marseille en avait lourd sur le cœur et a fortement critiqué l’attitude de l’arbitre, qu’il avait déjà croisé à l’occasion du match nul entre Montpellier et Troyes plus tôt dans la saison. 

Valère Germain vide son sac

« J'aimerai parler de l'arbitrage. C'est incroyable. On a affaire à des cowboys, on ne peut pas leur parler. On essaie de leur parler, ils nous tournent le dos, ils sont arrogants au possible. Il faut aussi que dans notre sens on soit moins agressif mais qu’eux fassent quelque chose aussi. On a affaire à des robots. On demande juste, de temps en temps, des simples explications mais c'est impossible. Qu'ils se remettent aussi en cause parce que de temps en temps ça peut aussi dégénérer de leur faute » a accusé Valère Germain, qui plaide ainsi pour que les arbitres soient équipés d’un micro, une évolution vers laquelle le football français semble tendre naturellement. « Si vous équipez l'arbitre de ce soir d'un micro, à mon avis vous seriez surpris de l'arrogance qu'il a. On a essayé de lui parler gentiment, j'ai essayé tôt dans le match de lui parler en lui demandant une explication, il ne me regarde pas, il tourne la tête. Ils sont arrogants au possible ». Des attitudes que les arbitres devront impérativement gommer s’ils ne veulent pas avoir mauvaise presse lorsqu’ils seront équipés d’un micro si cela est validé à l’avenir.