Pastore au PSG et Payet à l’OM, même combat ?

Pastore au PSG et Payet à l’OM, même combat ?

Photo Icon Sport

Il a été l’une des grandes satisfactions de la première partie de saison, retrouvant une place de titulaire qui lui échappait depuis plusieurs mois. Physiquement et techniquement, Javier Pastore avait également montré, lors de son entrée en jeu à Montpellier en Coupe de France, qu’il comptait bien redémarrer 2015 sur les chapeaux de roue. Mais, titulaire à Bastia, l’Argentin a repris ses mauvaises habitudes, entre nonchalance, repli défensif inexistant et ballons perdus, prouvant selon Pierre Ménès qu’il pouvait être un meneur de jeu génial un jour, et un véritable fantôme sur le terrain le lendemain. 

« Et que dire de Pastore ? On m'a reproché de ne pas avoir mis l'Argentin dans l'équipe-type de la première moitié de saison mais je suis désolé, quand on voit son match aujourd'hui, on se dit qu'on ne peut pas faire confiance à ce garçon. Il est capable de nous éblouir vingt minutes en entrant en Coupe de France face à Montpellier et ce soir, il a été dans les grandes largeurs, à la limite du foutage de gueule », a balancé le consultant de Canal+. Difficile de ne pas faire le parallèle avec Dimitri Payet, qui a été l’un des grands hommes de la première partie de saison à l’OM, et a disparu de la circulation depuis les fêtes, avec également une attitude plus que limite en ce qui concerne le travail collectif.