OL-OM : Labrune a peur d'Aulas, l'accusation tombe

OL-OM : Labrune a peur d'Aulas, l'accusation tombe

Icon Sport

Les sanctions de la commission de discipline suite au jet de bouteille sur Dimitri Payet lors du match OL-OM font jaser. Deux hommes forts de la politique marseillaise ont exprimé leur colère, remettant même en cause le courage de la Ligue.

La commission de discipline a enfin tranché mercredi soir. Les sanctions sont tombées après le jet de bouteille sur Dimitri Payet qui a conduit à l’arrêt du match entre l’OL et l’OM. L’OL a écopé d’un point de pénalité, tandis que l’Olympico sera bien rejoué au Groupama Stadium mais à huis clos. La date n’a pas encore été précisée. Le directeur de la communication de l’OM, Jacques Cardoze, a rapidement dénoncé dans L’Equipe du Soir cette décision qu’il juge « décevante voire humiliante pour les joueurs ». Comme après le verdict rendu par la commission suite aux incidents à Nice, où il y avait en plus un envahissement de terrain, Marseille estime que les sanctions ne sont pas à la hauteur. Deux hommes politiques importants à Marseille, dont le maire, Benoît Payan, ont attaqué la Ligue sur Twitter.

« La Ligue aurait-elle peur d’Aulas ? »

Jérémy Bacchi, sénateur des Bouches-du-Rhône, pense même que l’influence de Jean-Michel Aulas au sein des hautes sphères du football français aurait biaisé la décision de la Ligue, présidée par Vincent Labrune. « Encore une fois, et après le match contre Nice, la ligue est en dessous de tout. Des sanctions faibles au regard de la gravité des faits. La ligue aurait-elle si peur d'Aulas ? », a interrogé Jérémy Bacchi sur les réseaux sociaux. Benoît Payan, le maire de Marseille, a lui aussi exprimé son dépit avec agacement. « Incompréhensible ! Les valeurs du football ne sont absolument pas respectées ce soir. Nous avons des raisons d’être en colère. » Pour Marseille, la Ligue a perdu une nouvelle occasion de mettre fin à ces actes inadmissibles et malheureusement à répétition depuis le début de la saison.