OL-ASSE : Lyon et St-Etienne se détestent, ça va au-delà du foot

OL-ASSE : Lyon et St-Etienne se détestent, ça va au-delà du foot

Photo Icon Sport

Ce dimanche soir, le Groupama Stadium sera le théâtre du derby le plus chaud de France, celui qui oppose l’Olympique Lyonnais à l’AS Saint-Etienne.

Un match très attendu d’autant que les enjeux sont plus que sportifs entre ces deux équipes. Effectivement, ce sont les couleurs d’une ville qui sont défendues dans le but de faire régner une suprématie régionale. Malheureusement, cela se traduit parfois par des débordements à l’image de ce qu’il s’est passé samedi soir dans les rues de Lyon. Mais pour Jérémy Clément, ancien milieu défensif de Saint-Etienne et de l’Olympique Lyonnais, ce match a une saveur particulière. Ce qui fait de cette affiche un match spécial et particulièrement savoureux à disputer pour les joueurs...

« Le derby OL-ASSE est un match particulier. Du coup, moi qui l’ai joué dans les deux clubs, que ce soit du côté de Lyon ou de Saint-Étienne, ce sont deux matches importants pour l’Olympique Lyonnais comme pour l’AS Saint-Étienne. Au-delà de l’aspect sportif, ce sont des matches où on joue et on défend les couleurs d’une ville. C’est un match qui va au-delà du simple match classique de football entre deux équipes. Ça dépasse un peu ce cadre. Les deux villes sont proches. Ce sont des matches super à jouer avec des notions au-delà du football. L’ASSE, c’est un club qui m’a marqué parce que j’étais plus âgé. J’ai eu mes enfants là-bas. J’ai aussi eu une grave blessure avec Sainté face à Nice. Je suis très content de mon passage à l’AS Saint-Étienne pendant six ans. Je pense qu’on a fait de belles choses. J’ai rencontré des coéquipiers extraordinaires, des amis. L’OL et l’ASSE, ce sont deux clubs qui se détestent. Mais au final, ça reste deux clubs qui m’ont marqué et que j’ai apprécié » a indiqué Jérémy Clément dans une interview accordée à Foot-Mercato. Reste à voir qui parviendra à faire briller les couleurs de son club et de sa ville, ce dimanche sur les coups de 23 heures…