L1 : Pas de montées, pas de descentes, Kita fait un rêve

L1 : Pas de montées, pas de descentes, Kita fait un rêve

Photo Icon Sport

Très inspiré lors des confinements provoqués par la crise sanitaire du Covid-19, Waldemar Kita a proposé une solution nouvelle pour tenter de sauver les clubs français.

En début d’année, lors du premier confinement, le président du FC Nantes avait multiplié les sorties médiatiques pour proposer des solutions en vue de la sortie de crise. Si personne ne l’avait vraiment pris au sérieux sur le coup, Kita n’avait pas sorti que des choses farfelues. Et en ce mois de novembre, alors que la France est un peu sur pause, mais que le football professionnel continue, l’homme d'affaires franco-polonais est de retour sur le devant de la scène pour proposer le gel des descentes et des montées en Ligue 1, Ligue 2 et en National pour la fin de cette saison.

« Pour éviter un accident industriel footballistique, il faut demander à pouvoir ne pas payer certaines charges, mais peut-être aussi à continuer le championnat sans montée ni descente en Ligue 1, Ligue 2 et National. Même si ça évolue dans le bon sens, il faut se projeter dans deux ou trois ans. On ne veut pas avoir deux ou trois équipes qui descendent avec 10 millions d’euros de dettes. Il faut préparer un business-plan comme dans l’industrie pour que la production continue. On sait très bien qu’on ne va pas pouvoir vendre les joueurs comme on veut, que le mercato est délicat. Il faut donc continuer le championnat en se projetant plus loin, ça permettrait aux clubs d’être beaucoup plus sereins, de garder les sponsors, parce qu’eux-mêmes sont inquiets… Quand je parle d’accident industriel ce n’est pas un hasard. Pourquoi un dépôt de bilan arriverait dans une industrie classique et pas dans le football ? », a questionné, sur RMC, Kita, qui espère donc que la LFP mettre sur pause le système actuellement en place de montées et de descentes. Mais pas sûr que son idée soit retenue, même si les clubs de L1 et de L2 vont enregistrer des pertes record entre la crise du coronavirus et le couac avec Mediapro...