L1 : La LFP annonce un 6e changement possible

L1 : La LFP annonce un 6e changement possible

Icon Sport

En plus des cinq changements autorisés en raison de la crise sanitaire, la Ligue de Football Professionnel donne la possibilité aux clubs d’opérer un sixième remplacement en Ligue 1, uniquement dans le cadre d’un protocole commotion cérébrale.

Petite nouveauté en Ligue 1 ce week-end. A partir de cette 5e journée qui a débuté vendredi soir, les équipes sont désormais autorisées à effectuer six changements au total. Les cinq remplacements précédemment approuvés en trois fois restent d’actualité. Mais la Ligue de Football Professionnel donne également la possibilité d’opérer une sixième substitution, uniquement dans le cadre d’un protocole commotion cérébrale dont les règles sont détaillées sur le site officiel de l’instance.

Les détails du protocole commotion cérébrale

Cette expérimentation acceptée par la Fédération Française de Football en juillet dernier, après proposition de l’IFAB (International Football Association Board), est déjà mise en place en Angleterre. Elle nécessite par exemple que l’équipe désireuse d’effectuer ce changement spécial informe « l’arbitre ou le 4e arbitre, à l’oral et en le notifiant sur le carton de changement par la mention "commotion" ». Il est aussi précisé que ce remplacement pour commotion cérébrale ne peut être utilisé qu’une seule fois par match et par club. Et n’est pas comptabilisé parmi les trois séquences de changements autorisées.

A noter qu’un joueur remplacé via ce protocole ne peut plus entrer en jeu par la suite. Enfin, après la rencontre, un examen d’expertise doit être « réalisé dans les 72 heures suivant la commotion cérébrale par un médecin qui fait partie de la liste officielle des médecins experts commotion de la FFF. » Puis le changement en lui-même sera « analysé a posteriori en vidéo par la Direction Médicale de la FFF pour vérification du protocole commotion ». Autrement dit, tout sera méticuleusement vérifié par les instances, prudentes avec la santé des joueurs, mais aussi concernant d’éventuels abus.