L1 : La France montre l'exemple à l'Europe, la LFP contredit Macron

L1 : La France montre l'exemple à l'Europe, la LFP contredit Macron

Photo Icon Sport

Mardi après-midi, le chef du gouvernement Edouard Philippe a officialisé l’arrêt de la saison 2019-2020 de Ligue 1.

Un coup dur pour les clubs, lesquels militaient en grande majorité pour une reprise du championnat en juin. C’est d’ailleurs ce scénario qui est privilégié en Angleterre, en Allemagne et en Espagne… au grand dam d’Emmanuel Macron. Selon des informations communiquées en milieu de semaine par Le Parisien, le Président de la République souhaite une harmonisation des cinq grands championnats européens avec un arrêt commun de la Ligue 1, de la Série A, de la Bundesliga, de la Premier League et de la Liga. Toutefois, Nathalie Boy de la Tour n’est pas vraiment sur la même ligne. Sur l’antenne d’Europe 1, la présidente de la LFP n’a pas encouragé les autres championnats à imiter la France. Pour elle, chaque pays doit s’adapter à sa situation sanitaire et continuer à jouer au football si cela est possible en garantissant les conditions maximales de sécurité.

« C’est difficile de trouver une solution, il n’y a pas de bonne solution, il y a des gagnants et des perdants. C’est la beauté et la cruauté du football. C’est la moins mauvaises des solutions. Il fallait mettre fin à ce manque de visibilité, nous devions poser un cadre. Des recours ? Nos décisions sont solides juridiquement. Des recours, il y en aura certainement. Qu’ils les fassent. Toutes les décisions sont compliquées. Normalement on a 40 clubs qui se départagent sur 38 journées. Il y a un vide dans les statuts face à ce cas exceptionnel. Un appel pour que les autres Ligues (européennes) fassent comme la L1 ? Je ne les appelle pas à nous suivre, chaque cas est particulier. La crise sanitaire donne le la dans chaque pays » a indiqué Nathalie Boy de la Tour, laquelle s’exprime donc en opposition avec Emmanuel Macron sur ce sujet sensible. Car si les autres championnats reprennent et perçoivent leurs droits télévisuels, le fossé risque de se creuser avec la France aussi bien économiquement que sportivement…