« Une honte et un vol », l’Italie en furie

« Une honte et un vol », l’Italie en furie

Photo Icon Sport

L’Italie rentre à la maison, et c’est une surprise de taille pour le champion du monde 2006, qui avait déjà quitté la compétition prématurément en 2010, et est sortie par la petite porte de la poule de la mort, finalement remportée par le Costa Rica devant l’Uruguay. Mais lors de ce match décisif contre la Céleste, les Transalpins n’ont pas du tout digéré l’arbitrage de Marco Rodriguez. Le Mexicain a non seulement expulsé Marchisio pour un pied levé comme il y en a plusieurs à chaque match, mais a en plus laissé passer l’agression de Suarez sur Chiellini. C’en était trop pour le sélectionneur italien.

« Ce match contre l'Uruguay, c'est un vol. L'arbitre n'aurait jamais du expulser Marchisio pour cette faute, il a tout ruiné. Il met par terre quatre ans de travail. J'ai remplacé Mario Balotelli parce qu'il risquait l'expulsion. C'est dommage de sortir comme ça. (...) Mon avenir ? On verra », a déploré Cesare Prandelli à propos d’une équipe d’Italie vice-championne d’Europe, et qui avait beaucoup misé sur ce Mondial. 

Même constat du côté de Giorgio Chiellini, révolté contre la « performance » de l’arbitre. « C'est une honte. C'est l'arbitre qui a tout décidé avec cette expulsion. Maintenant, il faut continuer de bosser avec Prandelli », a expliqué le défenseur de la Juventus, qui constate que l’Uruguay n’a pas à se plaindre de l’arbitrage après déjà plusieurs décisions favorables face à l’Angleterre, et notamment la non-expulsion de Godin, auteur du but décisif ce mardi.