Ita : « Traitres », « honte », « Judas », les clubs italiens craquent

Ita : « Traitres », « honte », « Judas », les clubs italiens craquent

Une réunion de la Serie A, à laquelle des représentants de la Juventus, de l'Inter et de l'AC Milan ont participé, a tourné au règlement de compte ce lundi. 

Les clubs de Serie A se réunissaient en visio-conférence ce lundi, et si dans un premier temps il avait dit que seuls les 17 « loyalistes » seraient invités, ce sont finalement les 20 clubs engagés dans le championnat qui ont participé à ce rendez-vous très attendu quelques heures après l’annonce de la création de la SuperLigue à laquelle trois clubs italiens participeront, la Juventus, l’Inter et l’AC Milan. Si les émissaires de ce trio ont répété qu’ils n’avaient pas l’intention de quitter la Serie A, l’accueil a été polaire, notamment pour le représentant de la Juventus. Il est vrai qu’Andrea Agnelli, déjà détruit par le président de l’UEFA, semble avoir eu une attitude trouble depuis plusieurs semaines. « Il semble que le projet de SuperLigue a été déposé le 10 janvier, alors je lui ai dit lors de la réunion « comment pouvez-vous venir ici pour parler de solidarité alors que vous avez saboté la négociation sur les droits TV, sachant déjà que vous faisiez le SuperLigue ? Comment pouviez-vous négocier l'opération de financement alors que vous travaillez déjà sur la SuperLigue ? C'est une trahison, tu es un traitre, un Judas », a expliqué à l'agence ANSI, Urbano Cairo, président du Torino.

Et le dirigeant turinois d’ensuite s’attaquer au responsable de l’Inter, Giuseppe Marotta, qui a passé un sale quart d’heure. « Si quelqu'un comme Marotta fait une telle chose, il doit démissionner de la Fédération immédiatement, et il doit avoir honte ce traitre. Quand vous êtes à la tête de l'Inter, qui a conçu le concept SuperLigue, vous ne pouvez pas rester le représentant de la Serie A à la Fédération parce que vous vous attaquez à la vie d'une association. Il doit donc démissionner et j'espère qu'il a honte s'il sait ce que ce mot veut dire », a lancé le patron du Torino, rapidement rejoint par d'autres dirigeants également remontés contre les trois clubs engagés en SuperLigue.