Donnarumma et l'Italie, il risque d'être viré !

Donnarumma et l'Italie, il risque d'être viré !

Icon Sport

Malgré sa victoire contre la Turquie (3-2), dans un match totalement inutile, l'Italie semble vouloir se focaliser sur la performance de Gianluigi Donnarumma. Le gardien de but du PSG se fait salement allumer.

C’est une évidence, Gianluigi Donnarumma se souviendra toute sa vie de ce mois de mars 2022. En l’espace de quelques semaines, le portier international est passé de possible meilleur gardien de but du monde à coupable de deux tragiques éliminations. Face au Real Madrid, Gigio s’est raté dans les grandes longueurs en voulant finasser face à Karim Benzema. Le PSG a ensuite totalement dévissé et s’est fait sortir de la Ligue des champions, même si tout ne peut pas être mis sur le dos de l’ancien gardien de but de l’AC Milan. Pour se remonter le moral, Donnarumma comptait sur l’équipe d’Italie et une qualification pour le Mondial 2022 au Qatar. On connaît la suite, le portier parisien prenant un but en toute fin de match face à la Macédoine du Nord sur laquelle sa responsabilité est (un peu) engagée. De quoi faire ricaner les supporters milanais, lesquels accusent toujours le joueur de 23 ans d’être un mercenaire, qui a quitté son club de toujours pour rejoindre le Paris Saint-Germain.

Donnarumma n'est plus un saint en Italie 

Pas de quoi faire évoluer Roberto Mancini, le sélectionneur de la Squadra Azzura conservant toute sa confiance en Gianluigi Donnarumma pour le match entre les deux éliminés du Mondial, la Turquie et l’Italie. Même si l’équipe transalpine s’est imposée (3-2), les deux buts encaissés par Donnarumma ont remis de l’huile sur le feu et les critiques sont acerbes dans les médias de l’autre côté des alpes. Noté 5 sur 10 dans la Gazzetta dello Sport, le gardien de but italien est appelé à se reprendre. « Trois belles parades, dont une superbe sur Calhanoglu, mais aussi de la perplexité concernant les deux buts de la Turquie : le premier lui passe entre les jambes, le second dans une mêlée. Et quelle relance sur Unal…Gigio, tu dois réagir. » Dans Il Messagero, la critique est encore plus féroce : « Il a perdu toute sécurité. Il se précipite immédiatement, avec le but grotesque entre les jambes. Il s'égare aussi dans ses dégagements (...) Il était hésitant à 3-2, mais il évite quand même le 3-3. Aller au PSG était un non-sens colossal. » De retour avec le Paris Saint-Germain, le concurrent de Keylor Navas va sérieusement devoir assurer sa fin de saison, sous peine de donner des migraines à Leonardo au moment de savoir s'il faut éventuellement prolonger le contrat du portier costaricien que l'on voyait quitter le PSG cet été.