Real : Navas lui a fait vivre un enfer, il remercie le PSG

Real : Navas lui a fait vivre un enfer, il remercie le PSG

Photo Icon Sport

Arrivé au Real Madrid à l’été 2018, le gardien Thibaut Courtois a dû s’employer pour gagner sa place de titulaire. Près d’un an plus tard, le départ de son concurrent Keylor Navas au Paris Saint-Germain a été vécu comme un grand soulagement.

S’il n’a pas été décisif contre Manchester United (1-2) mardi en Ligue des Champions, Keylor Navas a au moins évité au Paris Saint-Germain une défaite plus lourde. Le gardien costaricien a en effet réalisé des arrêts de grande classe, à l’image de ses performances depuis sa signature l’année dernière. Mais le club francilien n’est peut-être pas le plus heureux de son arrivée.

Du côté du Real Madrid, son ancien concurrent Thibaut Courtois ne supportait plus leur cohabitation racontée par son père. « Déjà, il n'est pas arrivé au bon moment au Real. Il est arrivé après le Mondial, son transfert a un peu traîné, la saison avait déjà commencé, donc il était en retard dans sa préparation, s’est souvenu Thierry Courtois pour La Dernière Heure. Mais surtout : Keylor Navas était toujours là. Il venait de gagner trois Ligues des champions et il avait du crédit auprès des joueurs, des supporters. »

Courtois « soulagé » sans Navas

Après ça, la Maison Blanche ne pouvait pas écarter Navas trop brutalement. « Thibaut a dû s'imposer et jouer des coudes. Il a dû attendre deux, trois matchs avant d'être titularisé, a poursuivi le père de l’international belge. Cela n'a pas facilité son intégration. Une fois que la hiérarchie était claire, Keylor était toujours là et il y avait une compétition interne difficile à vivre, et aussi externe avec les journalistes qui prenaient plus partie pour Keylor. Une fois qu'il est parti au PSG, ça l'a soulagé. »

Autant dire que leur entente n’était pas idéale pour Thibaut Courtois, habitué à une ambiance bien différente avec son concurrent à Chelsea. « Petr Cech l'a toujours bien accueilli, a témoigné Thierry Courtois. C'est le premier qui est venu l'accueillir lors de son premier entraînement. Il lui a toujours donné des conseils, l'a aidé à s'intégrer. C'était un vrai collègue, sur qui il a toujours pu compter et on ne peut pas dire que ça a été le cas avec Keylor. Une fois qu'il est parti, ça a facilité les choses. » Merci Paris…