UEFA : Les révélations chocs autour de Manchester City

UEFA : Les révélations chocs autour de Manchester City

Photo Icon Sport

Un rapport de 92 pages expliquant la décision du TAS de faire sauter l’exclusion de Manchester City prononcée par le fair-play financier est en train de faire un bruit fou en Angleterre.

Et dire qu’en France, on se plaint du manque de solidarité des clubs de Ligue 1 entre eux. En Angleterre, c’est allé beaucoup plus loin ces derniers mois, autour de la sanction finalement annulée à l’encontre de Manchester City, privé dans un premier par l’UEFA de Coupe d’Europe pendant deux ans. Accusé d’avoir contourné volontairement le fair-play financier, le club de Manchester a ensuite été en parti blanchi par le Tribunal Arbitral du Sport, qui lui a infligé une simple amende de 10 ME et a invalidé la décision du fair-play financier. Dans le document de 92 pages où est expliqué le jugement, il y a pourtant de quoi faire, et ce à tous les niveaux. On y apprend notamment que neuf clubs de Premier League (Liverpool, Manchester United, Chelsea, Arsenal, Tottenham, Newcastle, Burnley, Leicester et Wolverhampton) ont alerté le TAS sur l’importance de respecter la décision de l’UEFA. Tous ces clubs, classés aux premières places, auraient en effet bénéficié de l’exclusion de Manchester City pour des places européennes. Raté.

Concernant la décision à proprement parler, il y a de quoi rire jaune. En effet, le TAS a reconnu des irrégularités, l’absence de justification pour des versements, une incapacité de City à contrer les arguments de l’UEFA et un « mépris évident » des règles du fair-play financier en raison de la volonté de ne pas coopérer avec l’UEFA sur les explications financières. Mais le TAS a aussi souligné que les reproches de l’instance européenne étaient souvent prescrites, et notamment les revenus gonflés des sponsors d’Abu Dhabi, qui n’ont pu être prouvés que jusqu’en 2016. Résultat, malgré les faits, la suspension prononcée par l’UEFA pour la période du fair-play financier concernée ne collait pas selon le TAS, qui a simplement sanctionné le manque de collaboration de Manchester City, et non pas les irrégularités. De quoi décevoir toute la première partie de tableau de Premier League…