L1 : L'AS Saint-Etienne à vendre, la révélation choc !

L1 : L'AS Saint-Etienne à vendre, la révélation choc !

Dans une situation financière inconfortable, ce qui impacte le sportif, l'AS Saint-Etienne pourrait changer de propriétaires, la rumeur grandit du côté de Geoffroy-Guichard.

C’est un vieux serpent de mer qui ressort régulièrement quand sportivement cela va moins bien du côté de l’ASSE, les deux dirigeants des Verts pourraient décider de passer la main. Alors, au moment où l’équipe de Claude Puel est loin d’avoir sauvé sa place en Ligue 1, et que Sainté affiche un budget dans le rouge en raison notamment de la crise sanitaire et du fiasco Mediapro, l’idée d’une vente de l’AS Saint-Etienne revient dans l’actualité. Ce lundi, Le Progrès affirme qu’une réflexion est clairement en cause du côté de Roland Romeyer, fidèle à l’Etrat, et Bernard Caïazzo, qui vit désormais à Dubaï depuis un an ou presque. Tandis que le directeur général de l’ASSE négocie une baisse des salaires afin de limiter le déficit, il se pourrait bien que le club du Forez soit encore une fois contraint de céder ses meilleurs jeunes afin de boucher les trous, ce qui n’est pas une solution durable.

L'AS Saint-Etienne à vendre ? Oui

Le quotidien régional est très clair, les deux présidents de l’AS Saint-Etienne sont désormais prêts à lâcher les Verts, pour peu qu’ils aient une offre intéressante à étudier. « Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont longtemps espéré dénicher un partenaire qui mettrait au pot sans avoir son mot à dire, avec juste l’espoir de devenir majoritaire dans l’avenir. Est-ce l’âge, la pression d’un milieu usant ou celle des supporters qui s’est manifestée par des banderoles les invitant à laisser leur place ? Toujours est-il que le duo ne serait plus opposé à passer la main d’ici à la fin de saison », précise Olivier Guichard. Sur le papier, tout cela colle, mais il faut tout de même trouver un investisseur ayant les reins solides et qui pourra à la fois boucher le trou financier et donner des moyens solides à l’ASSE pour repartir de l’avant. Pour l’instant, Romeyer et Caïazzo sont toujours dans l’attente d’un repreneur sérieux, mais à ce jour le duo n’a rien reçu, même si un contact avec des Américains avait été initié à l'automne, sans suite.