ASSE : Puel n'est toujours pas viré, c'est incroyable

ASSE : Puel n'est toujours pas viré, c'est incroyable

Claude Puel, qui s’est vu donner les pleins pouvoirs à son arrivée pour reconstruire l’équipe de l’AS Saint-Etienne, ne parvient clairement pas à obtenir des résultats convaincants.

Pourtant, il continue d’avoir l’appui de sa direction et même des supporters, notamment en raison de sa volonté de s’appuyer sur les jeunes du centre de formation. Mais ceux qui se font remarquer ne tardent jamais à être vendus, et les autres ont pour le moment logiquement du mal à se faire leur place en Ligue 1. Dans sa détermination à redresser la barre, Claude Puel ne laisse toutefois pas la moindre place au doute, quitte à laisser du monde sur le bord de la touche. Ce fut notamment le cas de Robert Béric, qui en a gros sur la patate, et a littéralement dégommé son ancien entraineur dans un entretien à France Football. L’attaquant slovène n’a jamais compris le manque de confiance de Puel à son égard, et digère encore moins son attitude et son discours. Quant aux résultats, l'avant-centre est sans pitié avec son ancien coach.

« J’ai été triste de quitter Saint-Etienne car ce n’est jamais facile de quitter un club dans lequel tu es resté quatre ans et demi où tu as encore des amis. Quand j’ai marqué le but victorieux lors du derby, j’ai pensé que ma saison était lancée. Mais les 4 ou 5 matches d’après, je ne joue plus. Je décide d’aller lui demander des explications, et il me répond qu’il n’aime pas le genre d’attaquant que je suis, et qu’il ne me voit pas dans son équipe. J’accepte le fait de ne pas faire partie des plans d’un entraîneur, c’est le football. Mais je n’ai pas aimé la manière… Mais bon, les deux présidents ont donné tout le pouvoir à Claude Puel... Je suis surpris qu’il ait toujours autant de pouvoir à Saint-Etienne malgré les résultats ! Ils ont fini 17e et ils éprouvent encore des grosses difficultés à marquer cette saison. Aujourd’hui il est dans la seconde partie du tableau et perd 5-0 dans le derby mais n’est même pas menacé. De ce que j’ai expérimenté à l’entraînement, Puel donnait l’impression d’être sans émotion. Il arrivait au début des séances comme un dictateur en nous disant de faire ci et cela, sans jamais sourire », a balancé un Robert Béric qui continue de suivre l’ASSE de très près malgré l’éloignement, puisqu’il évolue désormais en MLS à Chicago.