ASSE : Pour 100 ME, un fonds asiatique vise le club et un bonus

ASSE : Pour 100 ME, un fonds asiatique vise le club et un bonus

Icon Sport

Comme le co-président Roland Romeyer l’annonçait le mois dernier, le rachat de l’AS Saint-Etienne pourrait être bouclé dans les prochains mois. Un fonds d’investissement asiatique a bien avancé dans les discussions pour acquérir le club ainsi que son centre d’entraînement à l’Etrat.

La vente de l’AS Saint-Etienne se confirme en coulisse. Pendant que la direction sportive se montre discrète sur le marché des transferts, les plus hauts dirigeants négocient avec un fonds d’investissement d’Asie. Il s’agit plus précisément d’un groupe d’investisseurs du sud-est asiatique que Le 10 Sport annonce prêt à miser 100 millions d’euros. Ce montant servirait à acquérir le club, couvrir ses dettes ainsi que plusieurs dépenses déjà prévues. Mais ce n’est pas tout. Les repreneurs, dans ces 100 millions d’euros, aimeraient inclure le rachat du centre d’entraînement à l’Etrat.

Le centre d’entraînement inclus

Une demande qui représente un point de désaccord entre les deux parties, en contact depuis le début de l’année. Mais toujours selon la même source, la situation se débloque progressivement. Les positions des deux camps se rapprochent et il n’est pas impossible qu’ils finissent par trouver un terrain d’entente. Preuve que ce fonds d’investissement asiatique est jugé fiable par les propriétaires Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, lequel avait clairement envisagé une suite positive le mois dernier, peut-être en référence à ces discussions.

« J’aime le club, je veux que les Stéphanois soient fiers des résultats qui viendront. Ça va arriver, c’est normal. Au 1er juillet, il y aura du nouveau. Quand on est un homme d’affaires, on vend quand ça marche bien, c’est là qu’on va vendre le mieux. Ce n’est pas une histoire d’argent, c’est une histoire de pérenniser le club à un moment où il y a eu des choses inédites qui ont plombé le football français. Ce que je veux c’est la pérennité du club », avait confié Roland Romeyer sur RMC.