ASSE : Faute d'acheteur, Romeyer et Caïazzo sortent leur dernier joker !

ASSE : Faute d'acheteur, Romeyer et Caïazzo sortent leur dernier joker !

Tandis que l'investisseur cambodgien n'a pas encore fourni les éléments financiers pour être considéré comme un acheteur possible, l'AS Saint-Etienne pourrait recourir à un crédit afin de recruter des joueurs au marché des transferts de janvier.

Le dossier de la vente de l’AS Saint-Etienne semble prendre un malin plaisir à traîner en longueur, avec pour l’instant plus de mauvaises nouvelles que de bonnes. Alors que les supporters des Verts avaient eu un frisson de bonheur la semaine passée lorsque le rachat de l’ASSE par le prince cambodgien Ravichak, ce doux bonheur n’aura pas duré longtemps. Car s’il est officiellement candidat à la reprise du club de Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, Norodom Ravichak n’a pas fourni les éléments attendus par le cabinet d’audit en charge d’étudier les offres de reprise et il reste donc à l’écart pour l’instant. Et selon L’Equipe, compte tenu des délais, même les deux éventuels acheteurs ayant eu accès au dossier ne pourront pas finaliser une reprise avant plusieurs mois. Autrement dit, les actuels propriétaires de l’AS Saint-Etienne devront assumer les résultats sportifs actuels et ses éventuels effets sur la vente de l’ASSE. 

Un crédit pour sauver l'AS Saint-Etienne du naufrage

Car c’est logique, si la formation de Claude Puel devait descendre en Ligue 2, alors les 100 millions d’euros évoqués pour la vente des Verts n’existeraient plus. Afin d’éviter ce naufrage total, et dans un contexte un peu surréaliste, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo sont prêts à un dernier banco affirme Bernard Lions. « Dans l’hypothèse où ils ne pourraient pas passer la main avant la fin de l’année, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer pourraient contracter un prêt en se portant garants. Il permettrait aux Verts de se renforcer, enfin, au mercato d’hiver, en prévision aussi du départ de nombreux joueurs à la CAN », précise le journaliste du quotidien sportif. D'ici là, il faudra déjà que la formation stéphanoise sauve ce qui peut l'être, car le début de saison de l'ASSE à clairement de quoi inquiéter les plus fervents supporters.