UEFA : Le PSG et l'OM condamnés à payer, c'est une bonne nouvelle

UEFA : Le PSG et l'OM condamnés à payer, c'est une bonne nouvelle

Icon Sport

L'UEFA est mécontente. Elle a listé 20 clubs européens qui auraient enfreint les règles du fair-play financier. On y retrouve de gros poissons et deux clubs français, le PSG et l'OM.

Si le fair-play financier a perdu un peu de son pouvoir de sanction ces derniers temps, l'UEFA n'a clairement pas abandonné son arme pour contrôler les dépenses des clubs européens. Les règles restent effectives et les sanctions aussi. L'instance européenne risque vite d'en faire un douloureux rappel à de nombreux clubs européens. En effet, selon le journal anglais The Times, 20 clubs sont visés par l'UEFA pour une possible infraction du fair-play financier. Ces équipes font l'objet d'une surveillance accrue dans l'attente du dépôt de leurs comptes définitifs auprès de l'UEFA. Parmi ceux-ci, dix clubs en particulier sont accusés d'avoir trop dépensé au cours de la saison 2020-2021. On y retrouve le PSG et l'OM.

Amendes pour les Français, restrictions de transfert ailleurs ?

Les deux grands ennemis du football français sont entourés de très beaux noms du football européen : le FC Barcelone, la Juventus, l'Inter Milan, la Roma ou encore Arsenal. Ils auraient dépassé les 30 millions d'euros de pertes autorisés sur trois ans de compétition. Néanmoins, ces différentes formations ne sont pas à mettre sur le même plan, notamment au niveau des sanctions potentielles. 

Le Times rassure un peu les deux clubs français. Parisiens et Marseillais ne risqueraient que de simples amendes. A contrario, les formations italiennes de l'Inter Milan et de l'AS Roma pourraient elles se voir infliger des restrictions de transfert. Les cas du FC Barcelone et de la Juventus sont plus flous car ces deux entités refusent de se plier au FPF surtout depuis l'élaboration du projet de Superligue Européenne. A noter qu'il s'agit là de la dernière édition de cette version du FPF avant la mise en place du nouveau système en 2023. Ce dernier sera plus souple avec les pertes mais moins avec la masse salariale. Entretemps, le PSG et l'OM devront être vigilants à rester dans les clous de l'UEFA.