PSG : Un maillot rose, ce n'est pas pour les supporters

PSG : Un maillot rose, ce n'est pas pour les supporters

Icon Sport

Ce vendredi, le Paris Saint-Germain va dévoiler son quatrième maillot de la saison 2020-2021. Une tunique très flashy que la direction du club assume complètement.

Depuis quelques années, le PSG n’hésite pas à sortir des maillots qui sortent un peu de l’ordinaire. Ce qui va encore être le cas avec cette nouvelle tunique, qui mélangera le rose fluo et le violet, dans un effet peinturé. Un style spécial, à l’image de ce qu’est devenu le PSG à l'international. Suivi par 83,4 millions de personnes sur les réseaux sociaux, Paris est aujourd’hui le sixième club le plus suivi au monde. Si le recrutement de super-stars, comme Ibrahimovic, Beckham, Neymar ou Mbappé, a fait progresser le club de la capitale, c’est surtout grâce au sponsoring - merchandising, avec des recettes passées de 26 ME à 266 ME depuis l’arrivée des Qataris en 2011, que le PSG est entré dans une nouvelle dimension. Et ce nouveau maillot, signé Jordan Brand, suit parfaitement la ligne de conduite parisienne, comme l’explique Fabien Allègre.

« On assume complètement ce maillot. Le PSG est une vitrine de ce que représente le foot dans son expression globale, c'est-à-dire lifestyle. Peut-être que l'on va décevoir certains fans parisiens, mais il y a aussi tous les autres, à l'international, qui rentrent dans nos réflexions. Si certains clubs commencent à sortir de leur zone de confort à cause de l'épidémie de covid-19, nous, on a eu cette stratégie depuis 2011. Le PSG n'a eu de cesse de sortir du football comme on l'entendait. L'avantage est que Paris est une référence universelle. On essaie toujours de respecter nos fans en mettant à disposition des maillots très proches des couleurs emblématiques, comme le dernier maillot domicile clin d'oeil à la célèbre tunique Hechter, mais après c'est la stratégie du club qui prime. L'innovation n'est pas sans prise de risque. Mais on veut se positionner comme le club de la nouvelle génération. Savoir élargir notre audience, utiliser les codes de cette génération-là, qui peut être fan de foot ou non, est essentiel. Connaître qui sont nos fans est le plus gros challenge pour nous dans les saisons à venir. Si on veut transformer ce que l'on a réussi à mettre en place en 10 ans, on doit être centré sur le client », détaille, sur L’Equipe, le directeur de la diversification du club parisien, qui sait que les efforts du PSG portent leurs fruits, vu que Paris serait devenu le club numéro un de Nike, devant le Barça.