PSG : Tuchel et ses excuses en bois, ça ne passe plus

PSG : Tuchel et ses excuses en bois, ça ne passe plus

Photo Icon Sport

Le PSG a subi sa cinquième défaite de la saison à Monaco vendredi soir, après avoir mené de deux buts.

Alors que les Parisiens menaient tranquillement 2-0 sur la pelouse de l'AS Monaco grâce à un doublé de Kylian Mbappé, des erreurs individuelles et une deuxième période catastrophique ont permis aux Monégasques de renverser le match pour s'imposer 3-2. Si certains joueurs comme Colin Dagba et Abou Diallo ont été fortement critiqués pour leur prestation, c'est également le cas de Thomas Tuchel. Pour Vincent Duluc, journaliste chez l'Equipe, le coach du PSG s'est trompé dans ses choix tactiques mais également dans sa communication, en se cachant derrière l'arbitrage.

« Ce qui est compliqué quand même c’est d’en faire des tonnes sur le VAR, c’est vrai que l’histoire aurait été différente à 0-3, mais ce qu’a fait le PSG derrière ou plutôt ce que le PSG n’a pas fait derrière, éteint le débat. Cela devient une excuse. Au lieu d’être un tournant du match, ça devient une excuse lointaine. C’est terrible. Et pour la communication de Tuchel c’est difficile. Le problème c’est que Marquinhos n’était pas sur le terrain, Verratti non plus, Thiago Silva est à Chelsea, qui voulez-vous qui s’occupe des autres ? Mbappé et Neymar n’ont pas l’habitude de le faire… Navas est trop loin dans sa cage. Qui va porter le message collectif ? Thomas Tuchel donne une explication ponctuelle à un problème permanent. C’est la 5e défaite du PSG en 14 matches officiels cette saison. Ca veut dire que le PSG perd plus d’une fois sur trois. Donc, le hasard, le VAR, le “je ne comprends pas ce qu’il s’est passé”, ce n’est pas recevable. Ce n’est pas possible de donner ça comme explication. Forcément, ce n’est pas le moment d’en donner, il faut qu’il prépare le match contre Leipzig mardi. Il faut qu’il sauve ce qui peut être sauvé, donc il répond aux questions à côté » a déclaré le journaliste dans l'Equipe du Soir. Le match de mardi prochain face à Leipzig sera capital, à la fois pour l'avenir du PSG en Ligue des Champions, mais aussi et surtout pour celui de son entraîneur, plus menacé que jamais.